logo "insectes.net"les termites - les blattes - l'apatura - l'anoxia - l'aegosome - les anthrènes - les coccinelles - la cétoine dorée - les grillons domestiques - les forficules - les mantes religieuses - les bousiers de Notre Dame - le pandora d'Olonne - le pique prune - les carabes de Bretagne - les carabes du Ventoux - Champigny story - l'anneau du diable - plaidoyer pour un grillon - les Xylocopes - la grande libellule - les Rosalies des Alpes - les guêpes - dur dur le Morio - la likenée bleue - beurk ! - les balayeuses - le Papillon du diable - du rêve à la réalité - la Belle-Dame du marié- les carabes des Chabasses -
 
les Grillons domestiques !
 
grillon domestique femelleSueurs froides…
 
Engagé à l'essai dans un labo d'une université nantaise alors embryonnaire, je m'étais vu confier diverses tâches dont des élevages de grillons domestiques destinés à nourrir d'autres animaux. Consigne m'avait été donnée de bien laver, relaver, et re relaver salades et carottes composant l'essentiel de leur menu, car la moindre trace d'insecticide pouvait anéantir un élevage.
 
Tout allait pour le mieux, mais un matin tous les grillons gisaient au fond des cages. De surcroît la majorité d'entre eux étaient morts sur le dos, et seuls quelques tarses tressaillaient encore ça et là, signature patente m'avait-on dit des méfaits de l'insecticide.
 
À l'arrivée du chef service, au demeurant tardive, je l'avise et me voyant déjà en quelque sorte à l'ANPE nous allons constater les dégâts.... mais comme par miracle tout le monde s'activait et chantait comme si de rien n'était !
 
Le fin mot de l'histoire tenait à un très brutal coup de froid nocturne, et au chauffage fourni par de gros radiateurs électriques mobiles que l'extrême vétusté de locaux provisoires imposait de couper durant la nuit. Le fait de les rallumer avait progressivement et très classiquement " ressuscité " des insectes tout simplement frigorifiés, et en l'occurrence quasi gelés.
 
À noter pour conclure que beaucoup d'insectes peuvent résister à des températures d'autant plus largement négatives que la durée d'exposition est courte. Les jardiniers le savent d'ailleurs très bien et on peut dire que 8 jours à moins 5° centigrades sont sans effet sur ce qu'ils considèrent comme " vermine ".
 
Ultérieurement j'avais été chargé de soigner les précieux élevages expérimentaux du chef de service en personne. Là encore il s'agissait de grillons, et les diverses espèces logeaient dans de grands cristallisoirs, eux-mêmes entreposés dans une non moins grande étuve.
 
Là encore tout se passait bien, sauf qu'un soir un doute m'assaille alors que je m'apprêtais à aller me coucher. Il était bien 22 h, mais n'y tenant plus je retourne au labo, et là mes craintes se confirment : j'avais bel et bien oublié de remettre la plaque de verre sur une des enceintes et toutes les précieuses bestioles s'étaient échappées et fourrées Dieu sait où.
 
L'embauche définitive étant cette fois plus que compromise, j'ai finalement tenté et réussi ce qui me semblait pourtant impossible, à savoir entièrement " désosser " l'intérieur de l'étuve, les divers systèmes de régulation, l'isolation, et j'en passe... et remonter le tout dans la nuit après avoir récupéré un à un la douzaine d'évadés.
 
Il va sans dire que le lendemain je n'étais pas très frais, et surtout que je me suis bien gardé de faire état de mes exploits nocturnes !
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr