logo "insectes.net"les termites - les blattes - l'apatura - l'anoxia - l'aegosome - les anthrènes - les coccinelles - la cétoine dorée - les grillons domestiques - les forficules - les mantes religieuses - les bousiers de Notre Dame - le pandora d'Olonne - le pique prune - les carabes de Bretagne - les carabes du Ventoux - Champigny story - l'anneau du diable - plaidoyer pour un grillon - les Xylocopes - la grande libellule - les Rosalies des Alpes - les guêpes - dur dur le Morio - la likenée bleue - beurk ! - les balayeuses - le Papillon du diable - du rêve à la réalité - la Belle-Dame du marié- les carabes des Chabasses -
 
les Anoxia !
 
Anoxia villosaC'était à la mi-juin, sur la côte vendéenne, et je débutais quasiment dans le " métier " d'entomologiste…
 
Le grand hanneton des dunes (Polyphylla fullo), encore appelé hanneton des pins, ou hanneton foulon, me faisait bien sûr rêver.....
 
Craignant que ma belle " mob " toute neuve fasse pareillement rêver, je l'avais par précaution péniblement hissée au plus haut de la dune bordant la mer, afin de l'avoir toujours à l'œil.
 
En fait j'étais trop tôt pour le fullo, à la fois en soirée et en saison, si bien que je suis tombé sur l'Anoxia qui n'était pas prévu au programme. L'espèce étant cependant nouvelle pour moi, je ne me suis pas fait prier.
 
Très vite l'envol s'est généralisé, et des dizaines de bestioles se sont mises à tournoyer autour de moi, certaines allant même jusqu'à se poser sur ma modeste personne dès l'instant où j'arrêtais de marcher. À l'évidence je n'ai pas eu grand mérite à faire une ample moisson, et je suis donc rapidement retourné vers mon engin, toujours accompagné d'une vrombissante escorte.
 
J'ai alors découvert un étonnant spectacle, car de véritables grappes d'Anoxia s'accrochaient sur la mob partout où cela était possible. Certains étaient même entrés dans les sacoches, tandis que d'autres continuaient de tournoyer ou d'arriver !
 
Je n'ai compris que plus tard, c'est-à-dire en examinant ma collecte. De fait la proportion des femelles était extrêmement faible, et vous l'aurez compris il y avait la presse autour des belles. Apparemment il importait peu que la place soit déjà prise, l'essentiel étant en quelque sorte de participer, et en l'occurrence d'espérer.
 
À noter au passage que l'explication est classique car chez beaucoup d'insectes les mâles éclosent majoritairement avant les femelles, et les premières nées sont évidemment très sollicitées. À titre d'exemple, j'ai vu des mâles de papillons s'empresser autour de femelles émergentes dont les ailes n'étaient pas encore complètement déployées.
 
Par ailleurs les Anoxia ont une propension très marquée pour tout ce qui domine le sol, et dans la dune, vous l'avez vu, la fameuse mob et son heureux propriétaire remplissaient éloquemment les conditions requises.
 
En d'autres occasions j'ai également constaté que les anoxia sont d'une étonnante ponctualité, car les premiers envols se produisent toujours au moment même où le soleil disparaît à l'horizon. C'est véritablement réglé comme du papier à musique, et une seule fois j'ai vu déroger à la règle, et là encore le spectacle était au rendez-vous.
 
Après plusieurs jours d'un temps exécrable le soleil était enfin revenu. Tout comme moi les Anoxia étaient pressés de se dégourdir les pattes, à telle enseigne que les premiers envols commencèrent alors que l'astre du jour était encore très haut sur l'horizon... et surtout que les mouettes n'étaient pas encore couchées !
 
Plus les hannetons sortaient, et plus les mouettes rappliquaient. Le concert de leurs cris se faisait assourdissant, et au gré d'évolutions qui tenaient du ballet aérien les malheureux hannetons disparaissaient dans la profondeur des gosiers. Pas un n'y échappait, à l'instar de ces malheureuses petites tortues naissantes que de noires frégates viennent cueillir sur nos écrans TV.
 
Tout ayant une fin, les envols d'Anoxia commencèrent peu à peu à se tarir, et quand un retardataire prenait son essor, deux, trois, ou quatre volatiles piquaient sur lui dans l'instant. C'était vraiment superbe à voir, car si la plus rapide des mouettes empochait la mise, les autres devaient s'éviter à la faveur d'un zig ou d'un zag, et le plus souvent au dernier moment. Dans d'autres cas le freinage en catastrophe s'imposait, et les corps à la verticale restaient comme suspendus au gré d'ailes battantes brassant l'air à rebours, ou comme crucifiés l'espace d'un instant, ailes figées et largement déployées....
 
Ce jour-là je me suis contenté de regarder chasser la concurrence... et j'avoue avoir eu grand plaisir à le faire.
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr