logo "insectes.net"les termites - les blattes - l'apatura - l'anoxia - l'aegosome - les anthrènes - les coccinelles - la cétoine dorée - les grillons domestiques - les forficules - les mantes religieuses - les bousiers de Notre Dame - le pandora d'Olonne - le pique prune - les carabes de Bretagne - les carabes du Ventoux - Champigny story - l'anneau du diable - plaidoyer pour un grillon - les Xylocopes - la grande libellule - les Rosalies des Alpes - les guêpes - dur dur le Morio - la likenée bleue - beurk ! - les balayeuses - le Papillon du diable - du rêve à la réalité - la Belle-Dame du marié- les carabes des Chabasses -
 
les Carabes de Bretagne !
 
carabe (Chrysocarabus auronitens)Drôle de chasse....drôles de carabes....
 
À l'époque nous chassions toujours à deux, ce qui était évidemment plus sympa, mais aussi plus sécurisant tant nos élucubrations allaient parfois au-delà du raisonnable. À titre d'exemple l'idée nous est venue un jour de chasser le carabe à vue et aux appâts ... mais en officiant de nuit, à la lampe de poche, et de surcroît en pleine forêt !
 
En regard des techniques habituelles le projet nous apparaissait novateur, et c'est donc en Bretagne, haut lieu des auronitens polychromes, que nous avons joué les Petits Poucets en semant nos morceaux de viande faisandée, nos tronçons de bananes avariées, et nos quartiers de pommes également plus que matures. Par ailleurs, sachant que nous allions opérer au pays des Druides, j'avais comme il se doit concocté une potion magique digne de Panoramix.
 
Ces divers appâts avaient été placés dans des secteurs forestiers différents, afin de sélectionner le plus attractif d'entre eux en vue de chasses ultérieures que nous escomptions bien sûr miraculeuses.
 
Sans entrer dans le détail de nos pérégrinations nocturnes il s'est avéré fort peu de différence entre la viande et les fruits, et pas davantage entre les fruits eux-mêmes. De fait tout ou presque avait trouvé preneur, mais à la vérité il s'agissait moins de carabes que de renards, sangliers, blaireaux, et autres bestioles du cru qui manifestement s'étaient attablés à nos frais et dépens.
 
Ne doutant pas un instant de l'efficacité de ma potion magique nous avions en quelque sorte gardé le meilleur pour la fin. L'aube était proche quand nous sommes arrivés là où je l'avais dispensée en imprégnant de petites plaquettes de mousse synthétique.
 
Le breuvage avait effectivement tenu ses promesses et les convives se comptaient par dizaines, à telle enseigne que chaque morceau de mousse et ses alentours tenaient véritablement du patchwork tant les couleurs étaient variées.
 
Il y avait cependant un petit problème.....
 
De fait ces convives n'étaient pas les carabes attendus, mais un très étonnant panel de visqueuses limaces. Elles étaient de toutes tailles et de toutes couleurs : rouges, ocres, noires, grises, beiges, brunes, blanches, rosées, mouchetées, rayées, tachetées, panachées, et j'en passe !
 
Il y avait également un autre problème.......
 
Toutes les pauvres bêtes étaient complètement inertes, et leurs tentacules dévaginés pendouillaient lamentablement dans tous les azimuts. Fripées, ratatinées, ou au contraire distendues à l'extrême, nos limaces semblaient à la limite de la déliquescence et pour tout dire elles étaient encore moins consistantes qu'un bâtonnet de guimauve sous la canicule !
 
À première vue le spectacle semblait cocasse, mais à la réflexion il était plutôt pitoyable, et je m'en voulais car ma potion magique prenait à l'évidence des allures d'horrible mixture !
 
L'aube pointait tout juste quand j'ai eu le sentiment que les limaces n'étaient pas aussi mortes, si je puis dire, que je le pensais. De fait elles semblaient moins nombreuses et ça et là quelques tentacules tentaient péniblement de s'ériger. Au soleil levant j'étais complètement rassuré, chaque mollusque ayant apparemment regagné ses pénates sans trop d'encombres.
 
Et cette fameuse mixture, me direz-vous ?
 
Et bien, c'est promis, craché, juré, je ne confondrai plus potion magique et cocktail... et je ne mettrai plus un litre d'hydromel (*) dans quatre de bière !
 
Pour l'heure, et pour conclure, je reste évidemment détenteur du très prestigieux et convoité record mondial des " saouleurs de limaces forestières ", mais bien entendu la compétition reste ouverte !
 
(* ) l'hydromel, autrement dit le " Chouchen " des Bretons, est une boisson alcoolisée (13 à 16°) à base d'eau et de miel fermenté. Dans l'Antiquité l'hydromel était considéré comme le " Nectar des Dieux ".
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr