logo insectes.net"les termites - les blattes - l'apatura - l'anoxia - l'aegosome - les anthrènes - les coccinelles - la cétoine dorée - les grillons domestiques - les forficules - les mantes religieuses - les bousiers de Notre Dame - le pandora d'Olonne - le pique prune - les carabes de Bretagne - les carabes du Ventoux - Champigny story - l'anneau du diable - plaidoyer pour un grillon - les Xylocopes - la grande libellule - les Rosalies des Alpes - les guêpes - dur dur le Morio - la likenée bleue - beurk ! - les balayeuses - le Papillon du diable - du rêve à la réalité - la Belle-Dame du marié- les carabes des Chabasses -
 
les "balayeuses" !
 
- pour quitter les photos faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
C'était il y a bien longtemps, mais ce pourrait être aujourd'hui ....
C'était en Vendée, mais ce pourrait être ailleurs ....
 
A l'époque nous étions jeunes mariés, et passions une partie de nos vacances en Vendée. Pour tout dire c'était chez "Papa-Maman", bien agréable façon de nous ressourcer, mais aussi de ménager un budget ....ayant souvent besoin de l'être !
 
Par-delà les incontournables activités familiales, et bien sûr estivales, je trouvais toujours le temps de traquer la bestiole, généralement avec succès, car l'environnement bocager était encore largement représenté et préservé.
 
Cette année là, suite à une sécheresse persistante, les sentiers et chemins de terre en tous genres n'étaient que poussière, ce qui m'a permis de découvrir d'inhabituelles et bien étranges traces de vie ... présentement obtenues en élevage !
 
Localisées sur quelques mètres, sensiblement rectilignes, et s'entrecoupant parfois, les traces en question traversaient le petit chemin que j'avais l'habitude d' emprunter lors de mes périgrinations naturalistes.
 
Relativement superficielles, mais néanmoins très nettes, les traces en question étaient larges d'une vingtaine de mm, et bordées par un fin bourrelet poussièreux. L'espace ainsi délimité comportait 2 rangées parallèles de "pointillés", nettements plus marqués, et très régulièrement espacés.
 
A l'évidence c'était une oeuvre "animalière", mais j'étais bien en peine d'avancer une quelconque hypothèse, du moins valablement étayée. Il aura fallu plusieurs jours, et surtout beaucoup de chance, pour finalement tomber pile poil sur la bestiole dans ses oeuvres, et plus exactement sur une des bestioles à l'origine des étranges pistes de ce Nazca miniature.
 
Il s'agissait d'une chenille de la très curieuse "Feuille morte du chêne", gros papillon nocturne ainsi dénommé en raison de son mimétisme. Comme ses consoeurs elle provenait à coup sûr d'une haie vive voisine, les chenilles de nombreuses espèces de papillons abandonnant classiquement le végétal nourricier à l'approche de la nymphose.
 
Brunes, baguées de bleu nuit, et d'une taille à la mesure du papillon, les chenilles de la "Feuille morte" atteignent couramment 10 bons cm de longueur. Très trapues, et ventralement aplaties, elles ont la particularité d'avoir l'avant corps doté de petites expansions latérales charnues (à raison d'une paire par segment.), prolongées par un faisceau de soies relativement longues et raides
 
Horizontales, et situées au niveau du sol, ces expansions faisaient présentement office de balayettes, à telle enseigne que de très étonnantes et cocasses volutes poussièreuses accompagnaient le très soutenu cheminement de notre chenille ... la double ligne de "pointillés" se rapportant logiquement à ..... la double rangée de pattes ventouses ... CQFD !
 
Que dire de plus, si ce n'est que ce genre de vadrouille est normalement nocturne chez la "Feuille morte", puisqu'en élevage la journée se passe toujours dans la plus parfaite immobilité.
 
Au final, et vous l'aurez compris, j'ai eu beaucoup de chance de tomber sur une chenille ayant manifestement des problèmes avec son "horloge biologique" .... mais ne me demandez pas si la bestiole était en retard .... ou au contraire pressée d'en finir !
 
  
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://perso.wanadoo.fr/insectes.net/