ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
L'ÉCUREUIL ou BOMBYX du HÊTRE (Stauropus fagi) !
( Lépidoptère Notodontidae)
 
(page 3 sur 3)  
 
 - pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
le développement 
 
Il est rapide, comme souvent chez les chenilles ne subissant pas de diapause hivernale, et le plus souvent la "messe est dite" en l'espace d'un mois. A terme elles atteignent 5 à 6 cm, et contrairement à d'autres espèces de papillons, les chenilles de Stauropus fagi se contentent de croître, sans modifications notables de coloration ou d'ornementation. Le panel ci-dessous témoigne de cette constance, y compris dans les attitudes.
 
 
1)- jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi
 
jeunes chenilles ...
 
groupe de jeunes chenilles de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi jeune chenille de Stauropus fagi
 
 
 
2)- chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement
 
.....moins jeunes chenilles
 
chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement chenille de Stauropus fagi à mi-développement
 
 
3)- chenille à terme de stauropus fagi chenilles à terme de stauropus fagi (plein la main ! )
....et chenilles à terme !
 
 
a)- particularités morphologiques
 
Les pattes thoraciques sont très longues, surtout les intermédiaires et les postérieures, et de ce fait elles ressemblent tout à fait aux pattes d'un insecte adulte, ce qui est très exceptionnel, pour ne pas dire unique. De même le dernier segment abdominal est très volumineux, élargi, aplati ventralement, et la paire de fausses pattes anales est elle-même modifiée sous la forme de 2 appendices filiformes. Quasi implantés côte à côte, ces derniers peuvent s'écarter en "V", comme les doigts de la main, ou au contraire s'accoler. Enfin, sous la tête de la chenille, 2 petites taches blanches et arrondies se présentent tels des yeux. J'ajouterais que les "yeux" en question sont d'autant plus visibles que les chenilles sont toujours plus ou moins brunes.
chenille de Stauropus fagi vue dorsale chenille de Stauropus fagi vue ventralechenille de Stauropus fagi vue latérale.
Mise en évidence des particularités morphologiques sur vues de dessus, de dessous, et de profil, de la chenille de Stauropus fagi . Noter le très inhabituel développement des pattes thoraciques; le renflement du dernier segment abdominal; les prolongements bifides issus de la modification des pattes anales; et enfin les "yeux blancs" discernables sur la vue ventrale.
 
 
b)- particularités comportementales
 
Au repos, ou lorsqu'elle est légèrement inquiétée, la chenille s'immobilise en adoptant une position très typique, observable sur les clichés relatifs au développement. Concrètement la tête est rejetée en arrière, les pattes thoraciques repliées et jointes, et l'extrémité abdominale rabattue sur le dos, tel le panache caudal d'un écureuil, d'où bien sûr l'appellation vernaculaire de cet insecte.
 
Lorsqu'il qu'il y a agression, ou que le dérangement est perçu comme tel, cette chenille aux allures plus ou moins arachnéennes se fait particulièrement impressionnante, voire même menaçante. Sauf à être au fait de la chose, et donc du "bluff" de la bestiole, il n'est pas une main pour s'aventurer à la saisir.
 
 
vue latérale.... chenille de Stauropus fagi (position d'intimidation) chenille de Stauropus fagi (position d'intimidation).... et de face !
 
chenille de Stauropus fagi sur la défensive (posture d'intimidation !)
 
 
L' avant corps se dresse (un peu à la manière d' un cobra !), et la tête complètement rejetée en arrière fait ressortir les fameux "yeux" blancs. Dans le même temps les grandes pattes thoraciques se déploient en arc de cercle et s'agitent parfois avec une lenteur toute calculée, tandis que les plus petites se retrouvent positionnées à la manière de chélicères ouverts et censément menaçants. Pour couronner le tout, la partie caudale, repliée sur le dos, darde ses prolongements bifides...et l'analogie avec un scorpion est là encore des moins rassurantes ! 
 
c)- quelques détails morphologiques
 
 
 
détail surface tégumentaire vue frontale de la tête vue ventrale de la tête vue ventrale du dernier segment
 
de gauche à droite: 1)- détail de la surface tégumentaire; 2)- vue frontale de la tête, et des yeux (bandes brunes !); 3)- vue ventrale de la tête montrant les "yeux blancs"; 4)- vue ventrale du dernier segment, et de son processus bifide (pattes anales modifiées !)
 
détail des "fausses pattes" abdominales
 
détail des "fausses pattes" abdominales
 
 
la chrysalide
 
La nymphose se fait au sol, dans la litière superficielle, et au sein d'un cocon très rudimentaire réunissant les débris végétaux les plus variés (feuilles mortes, herbes sèches, brindilles, etc..). L'hivernage se passera ainsi, et l' émergence du papillon interviendra en mai-juin, comme déjà précisé.
 
 
cocon de Stauropus fagi chrysalide et mue nymphale de Stauropus fagi
Cocon de Stauropus fagi, avec sa chrysalide joliment vernissée. A droite, la même chrysalide, cette fois isolée.
Vous l'aurez deviné, la drôle de chose qui voisine la chrysalide est tout simplement la mue nymphale,
et quasi arachnéenne, d'une chenille décidément bien peu ordinaire !
 
 
 
en guise de conclusion.... 
 
Qui écrase une mouche ..... n'écrase qu'elle !
Qui écrase une chenille, écrase aussi un papillon !
 
  Cette "page entomo" a fait l'objet d'une publication dans le N° 173 (2e trimestre 2014) de la revue "INSECTES" de l'OPIE
 
FIN
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr