ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
le MORO-SPHINX ou SPHINX COLIBRI (Macroglossum stellatarum) !
(Lépidoptère Sphingidae) 
 
(page 3 sur 3)
 
- pour quitter les agrandissements et vidéos, faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
La chenille, développement ... suite !
  Stade 3 (= L3)
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 3 photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 3 photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 3 photo  3.
La taille bien sûr, mais aussi l'amorce des ponctuations et du lignage longitudinal,
attributs typiques de la chenille à terme.
 
Stade 4 (= L4)
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 4 photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 4 photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 4 photo 3.
 Toujours la logique augmentation de la taille, mais aussi l'intensification des lignes latérales et points blancs.
 
Stade 5 (= L5)
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme brune, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme brune, photo 2.
 Comme déjà dit les chenilles du Moro-sphinx peuvent être vertes ou brunes,
mais sont toujours ponctuées de blanc, et doublement "lignées" latéralement.
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme verte, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme verte photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme verte photo 3. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille stade 5, forme verte, en main.
 
 
Les parasites !

Présentement il s'agit d'Hyménoptères, a priori de la Famille des Braconidae ( ou Famille voisine ! ), mais en matière de parasitisme, notamment des chenilles, les fameuses mouches Tachinaires ne sont jamais bien loin. Comme pour les Hyménoptères certaines espèces choisissent véritablement leur hôte, là où d'autres sont plus ou moins "multicartes".

 
  Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),chenille  avec cocon d'Hyménoptère parasite. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocons d'Hyménoptères parasites, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocons d'Hyménoptères parasites, photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), Hyménoptères parasite.
Les cocons ressemblent à ceux des Apanteles, mais contrairement à ces derniers il y a toujours un seul parasite par chenille, comme la photo à gauche le montre. Le plus souvent la larve parasite quitte la chenille au 3e stade larvaire, et les dommages internes induits ( outre la perforation du tégument) font qu'elle meure très rapidement.
 

La chrysalide !

Au terme de son développement (guère plus d'un mois dans de bonnes conditions) la chenille "vire" de couleur , et arbore une livrée plus ou moins intensément lie de vin . Plus que sommaire, limite quasi inexistant, le cocon est construit ( si l'on peut dire ! ) à la surface du sol, en profitant de la litière superficielle, de la végétation herbacée, ou encore des mousses comme ci-dessous.

 
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  chenilles en pré-nymphose (en main). Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chenille en pré-nymphose, photo 1.
 Illustration du "virage" chromatique ( "lie de vin" ! ) des chenilles à l'approche de la nymphose.
ci-dessous à droite: le classique "ratatinement" des chenilles, prélude à la mue dite nymphale, autrement dit au passage à l'état de chrysalide.  
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chenille en pré-nymphose, photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chenille en pré-nymphose, photo 3. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chenilles en pré-nymphose avancée.
 
 
 
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chrysalides. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chrysalides en main. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chrysalide prête à éclore, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chrysalide prête à éclore,  détail. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), chrysalide prête à éclore, photo 2.
de gauche à droite: 1 &2)- chrysalides en vrac; à suivre: chrysalide sur le point d'éclore (quasi question de minutes ! ). Quand le processus nymphal arrive à son terme la chrysalide s'assombrit progressivement et l'amincissement de la cuticule permet de deviner, par transparence, certains détails morphologiques, tels les yeux, les antennes, la trompe.
 
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocons, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocons, photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocon avec chrysalide,  photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), cocon avec chrysalide,  photo 2.
Quelques fils de soie pour rassembler ce qui peut l'être alentour, ou une simple logette à même la végétation ou la litière superficielle,
tels se présentent les très "symboliques" cocons du Moro- sphinx.
 
Pour les curieux ... le sexe des chrysalides !
Tout étant question d' "orifices", sachez que dans les 2 sexes l'anal se situe toujours sur le 10e et dernier segment, le génital du mâle sur le 9e, celui de la femelle sur le 8e, et l'orifice de ponte sur le 9e. Quelle que soit l'espèce vous noterez que les orifices de la femelle (génital et ponte) sont toujours très proches l'un de l'autre, au point de pouvoir être contigus, limite fusionnés. En prime une bonne nouvelle: cette disposition est en effet immuable, et valable pour toutes les espèces ... à de rares exceptions près !
 
mâles ! Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), apex de chrysalide mâle, photo 1.  Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), apex de chrysalide mâle, photo 2. ........... Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), apex de chrysalide femelle, photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), apex de chrysalide femelle, photo 2. femelles !
Pour bien visualiser les différents orifices voyez les agrandissements et annotations
(A = anus, P = ponte; GM = génital mâle; GF = génital femelle)
Nota: sur cette espèce les orifices de la femelle sont très peu marqués ... mais ils sont !
 
... et quand tout se passe bien !
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  papillon émergeant, photo 1.  Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  papillon émergeant, photo 2 Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  papillon émergeant, photo 3. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  papillon émergeant, photo 4. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum),  papillon émergeant, photo 5.
... images d'éclosions !
 
Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), adulte en vol,  photo 1. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), adulte en vol,  photo 2. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), adulte en vol,  photo 3. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), adulte en vol,  photo 4. Moro-sphinx ou Sphinx colibri (Macroglossum stellatarum), adulte en vol,  photo 5.
Véranda aidant, et sans doute poussée par la faim, la farouche bestiole n'a pu résister aux enivrantes senteurs fraîchement cueillies à son intention. Passé un normal temps de défiance la bestiole s'est relativement accoutumée à ma présence, et cette peu banale vidéo "bouquet en main" (et APN de l'autre ! ) en témoigne joliment.
 

En guise de conclusion ...

Vous l'aurez compris, ces "Pages entomologiques" c'est beaucoup de travail, et de temps passé,

mais c'est aussi beaucoup de plaisir, et plus encore l'envie de donner envie !

 
FIN
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr