ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
Cynips quercusfolii, Cynips longiventris, et Cynips divisa
 
(suite des galles ou cécidies du chêne)
 
(page 11 sur 12)  
 
 - pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Cynips quercusfolii
 
Ces galles atteignent 20 mm de diamètre, et elles sont fixées sur les nervures, à la face inférieure des feuilles. Elles comportent une logette centrale où l'insecte se développe. A l'automne les feuilles tombent, et les galles avec. De ces dernières sortiront des femelles parthénogénétiques qui vont pondre dans les bourgeons. Il s'ensuivra de petites galles qui en mai-juin donneront des individus sexués, eux-mêmes très petits. Après accouplement les femelles pondront dans les nervures, donnant ainsi "naissance" à de nouvelles galles globuleuses, autrement dit à la génération hivernale du Cynips quercusfolii. Là encore on observe donc 2 types de galles, 2 localisations différentes, et 2 générations d'insectes, la sexuée étant printanière, et la parthénogénétique hivernale.
 
 
galle foliaire (sur nervures) galle foliaire (sur nervures)Cynips des galles foliaires précédentesautre type de galle foliaire (sur nervures) 
de gauche à droite: 1)- grosse galle à surface lisse (20 mm) se développant sur les nervures des feuilles. 2)- la même, en "triplette", mais trouvée à terre. 3)- Cynipidae des galles précédentes: un seul insecte par galle, dans une logette centrale. 4)- même type de galle, là aussi en "triplette", mais à surface couverte de fines rugosités; également trouvé à terre. Nota: toutes ces galles ont été "récoltées" à la mi-octobre, et les insectes extraits à la même date.
 
 
galles clichés 1 & 2 détail des surfaces galles cliché 4
 
détail des surfaces: En dépit d'une ornementation superficielle relativement différente, il s'agit bien de la même espèce, à savoir quercusfolii.
 

 
Cynips longiventris
galle foliaire de Cynips longiventris galle foliaire ouverte de Cynips longiventris adultes de Cynips longiventris
Cette galle foliaire atteint un diamètre de 8 à 12 mm. Initialement à fond vert, elle tend à jaunir, puis rougir en fin de développement. De gauche à droite: 1 & 2)- comme elle se présente à la mi-juillet. 3)- coupe de la galle (mi-septembre début octobre), remarquer la logette centrale. 4)- adultes de Cynips longiventris (1 par galle), après extraction (mi-septembre début octobre là aussi).
 

 
Cynips divisa
 
Cette galle, aux allures de minuscule pomme, se développe au verseau des feuilles de chênes, et plus précisément sur les nervures. Plus localisée que véritablement rare, elle donne des femelles agames (= parthénogénétiques), et semble préférer le chêne Tauzin ( ce dernier est aisément reconnaissable à ses feuilles très profondément lobées, et plus encore à leur envers finement duveteux au toucher).
 
groupe de galles de Cynips divisa galles de Cynips divisa détail d'une galle de cynips divisa
Ensemble et détail de galles de Cynips divisa récoltées à la mi-novembre
 
 
larve "in situ" adulte de Cynips divisa, et logette centrale de la galle 
de gauche à droite: larve "in situ"; adulte extrait de sa logette; logette centrale de la galle.
 
Remerciements
 
Au terme de ces pages sur les " galles du chêne", (la dernière étant consacrée au Cynips de l'Eglantier) je tiens à remercier Mr. Olivier Plantard, de l' INRA, qui a eu l'amabilité de bien vouloir déterminer ce qui ne l'était pas, tout en apportant par ailleurs les précisions et correctifs voulus.
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr