ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
L' ÉCAILLE MARTRE !
(Arctia caja, Lépidoptère Arctiidae)
 
(page 3 sur 3)  
 
 
- pour quitter les agrandissements ( et les vidéos ! ) faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
La chrysalide
 
Au terme de sa croissance, comme déjà évoqué, la chenille quitte la plante nourricière pour une quête véritablement menée au "pas de course", pouvant de surcroît la mener fort loin de son lieu de naissance, toutes proportions gardées s'entend. L' imagé prend tout son sens quand on voit ce genre de chenille traverser une route, la vélocité de la bestiole étant de plus favorisée par la régularité du revêtement bitumineux, et par le caractère censément inhospitalier de ce genre de substrat.
 
Cette "grande vadrouille" est évidemment le prélude à la nymphose, et présentement à la mise en chantier de glandes séricigènes, au demeurant bien peu productives. Non sans logique le cocon est en effet fort ténu, puisqu'il n'a pas à subir les rigueurs hivernales, et qu'il est en outre bâti sous protection ( litière herbacée, feuilles mortes, mousses, bois à terre, etc....).
 
Le "crémaster", ci-dessous à droite, se situe à la toute extrémité abdominale de la chrysalide. Chez caja il a des allures de picots d'oursin, mais la forme varie évidemment suivant les espèces de papillons. Le rôle du crémaster est bien sûr constant, puisqu'il assure l'ancrage de la chrysalide dans le cocon, la sortie du papillon naissant (= "mue imaginale" ) s'en trouvant ainsi grandement facilitée. Le mode d' accrochage est également immuable, car toujours basé sur le principe même du "velcro", autrement dit du "velours crochet", processus breveté en 1951... soit bien longtemps après son invention par dame Nature !
 
 
chrysalides d'arctia caja chrysalide et cocon d'écaille martre crémaster de la chrysalide
à gauche: lot de chrysalides "décoconnées" (le seul fait de changer la litière de feuilles mortes déchirant souvent les très ténues enveloppes).
au centre: cocon en état, avec chrysalide extraite; à droite: le crémaster (voir ci-dessus).
 
 ...et suite logique !
 
de l'émergence .... éclosion d'écaille martre (cliché 1) éclosion d'écaille martre (cliché 2) ....au "déploiement "!
L' éclosion ....suite logique de tout élevage de papillons !
 
 
 
 
Pour l'info ....et le plaisir des yeux !
 
 
l'Ecaille fermière
 
Ecaille fermièreécaille fermière (epicallia villica) (Epicallia villica)
 
Ecailles fermières (groupe) écaille fermière au repos écaille fermière en défensive écaille fermière (vue ventrale)
L' Ecaille fermière, parfois dénommée "Ecaille villageoise", est considérée en voie de raréfaction,
mais elle encore assez commune par chez moi.
 
 
 
 l'Ecaille chinée
écaille chinée (Euplagia quadripunctaria) écaille chinée, forme lutescens écaille chinée au repos
L'Ecaille chinée (Euplagia quadripunctaria), aussi appelée la Callimorphe, est une classique des Arctiidae.
Contrairement à d'autres, cette espèce vole et butine de jour comme de nuit.
La forme jaune (= lutescens) est une variante peu répandue, surtout connue de l'ouest de la France ( à voir en vidéo ! )
 
 
 
l' Ecaille marbrée écaille marbrée (Callimorpha dominula) écaimme pourprée ou mouchetée (Rhyparia purpurata)l'Ecaille pourprée
l'Ecaille marbrée ( Callimorpha dominula ), aussi appelée Ecaille rouge, ou encore Ecaille lustrée, est active de jour comme de nuit. Elle affectionne les forêts humides. L'Ecaille pourprée ( Rhyparia purpurata ), encore appelée L'Ecaille mouchetée, est au contraire une adepte des terrains secs.
 
 
Pour conclure...
 
A l'occasion de cette page entomo, consacrée aux "mal aimés" que sont les papillons de nuit, je vous invite à réfléchir quelques instants sur la notion de "territoire", et sur le fait que nous ne cessons d'empiéter sur celui des autres. Cela vaut notamment pour les bestioles en tous genres, qui croyons-nous squattent nos jardins et maisons sans vergogne. La vérité est qu'elles étaient là bien avant nous ...et que nous sommes donc chez elles !
 
Merci d'en tenir compte .... autant que faire se peut !
....et sachez que le meilleur des insecticides est toujours celui qui reste au placard ! 
 
 Cette "page entomo" a fait l'objet d'une publication dans le N° 167 (4e trimestre 2012) de la revue "INSECTES" de l'OPIE
 
FIN
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr