ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
la NÈPE CENDRÉE ou SCORPION d'EAU !
(Nepa cinerea, Hétéroptère Nepidae)
 
(page 2 sur 3)
 
- pour quitter les agrandissements, et les vidéos, faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Intro !
 
Elle n'a de cendrée que le nom, car compte tenu de son mode de vie sa couleur est plutôt vaseuse, terme à prendre au sens propre ... encore que la vase ne soit pas modèle de propreté ! A cela s'ajoute l'assombrissement important issu du mouillage des téguments, d'où un aspect final nettement plus charbonneux que cendré. Par ailleurs si son allure générale évoque effectivement celle du scorpion, elle n'en a pas l'attribut principal, à savoir l'aiguillon venimeux. Reste qu'au premier abord ( et même au second ! ) cet insecte aquatique incline plus à une certaine défiance ( voire une défiance certaine ! ) qu'il n'inspire de sympathie. Comme vous le verrez la bestiole vaut néanmoins le détour ... d'où cette "page entomo" !
 
Présentation !
 
Pour l'entomologiste la Nèpe cendrée, Nepa cinerea (= rubra) est un Hétéroptère, autrement dit une punaise. Avec sa cousine la Ranatre (Ranatra linearis, voir page entomo), elle relève de la famille des Nepidae, et ce sont là les deux seules espèces de la faune française. Dotée d'un corps très aplati (25 mm), prolongé par un fin siphon respiratoire (15 mm), la Nèpe vit en eau douce et elle affectionne les eaux stagnantes, comme les mares, étangs, et marais. La bête n'est pas rare, mais elle donne volontiers dans la discrétion. Outre une coloration quelque peu "passe-partout", elle aime en effet se dissimuler dans la végétation, ou évoluer sur des fonds vaseux auxquels elle emprunte souvent pour mieux se dissimuler. Le plus souvent elle se tient à faible profondeur, au plus près des rives ou de la végétation superficielle, car il lui faut périodiquement venir "respirer" en surface.

La Nèpe sait bien sûr nager, mais l'absence de vraies pattes natatoires limite beaucoup ses performances, d'où sa préférence pour des déplacements aquatiques "pédibus" (au sens français du terme ! ). A terre sa vélocité est par contre remarquable, d'autant que les pattes ravisseuses se font illico "marcheuses" … et même "coureuses" ! ( le tout à voir en vidéo ! ).

 
Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte dans son élement, photo 1. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte dans son élement, photo 2. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte à sec, photo 1. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte à sec, photo 2..Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte  mangeant une aselle.
Dans mon "népodrome", et hors d'eau !
 à droite: La chasse aux aselles (petits crustacés d'eau douce) est ouverte !
 

Non contente de savoir nager, et de pouvoir évoluer à terre avec une grande aisance, la nèpe sait également voler ... bien qu'elle passe pour en être incapable. Certes je ne suis pas encore parvenu à "immortaliser" ses essors ( chose faite pour la ranatre ! ), mais les 3 témoignages cités sont incontestables. Cela dit, la nature des stimuli générant l'envol restent pour moi un vrai "mystère" car en dépit de multiples tests je n'ai pu en faire "décoller". Même en situation de totale détresse (comme relatée dans la partie intitulée "complément") les bestioles ne cherchaient même pas à fuir leur "bain de boue", et encore moins à s'envoler.

Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte ailes ouvertes, photo 1.......Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte ailes ouvertes, photo 2.
Les règles de la nomenclature font que l'appellation "cinerea" (cendrée ! ) prévaut, mais comme ces illustrations le montrent, la bestiole est assurément plus rouge que cendrée, encore que l'intensité et l'étendue de cette coloration puissent beaucoup varier. Bien entendu l'ancienne dénomination, Nepa rubra, faisait logiquement référence à cette surprenante coloration, l'insecte étant par ailleurs totalement neutre, limite "crasseux" ... camouflage oblige !
Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte avec ailes ouvertes, photo 1 Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte avec ailes ouvertes, photo 2. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte, détail de la coloration abdominale.
 

La respiration !

Comme tout être vivant la nèpe doit "respirer", ce qu'elle fait grâce à un siphon faisant office de "tuba". Constitué de 2 demi-gouttières (= valves ! ) accolées ce très fin siphon d'une quinzaine de mm est conçu pour capter l'air en pointant à la surface de l'eau. Sans être véritablement articulée, au sens mécanique du terme, la base de ce siphon est moins chitinisée que la hampe, ce qui permet des pliages tous azimuts, y compris "à l'équerre" (et même nettement en deça des 90° ! ) ou encore des écartements ( petits ou grands ! ) le tout sans le moindre dommage. Ce dispositif "anti-casse" est particulièrement utile dans un milieu de vie très souvent encombré par la végétation et ses débris, d'autant que la bestiole remonte fréquemment à reculons (et sans rétroviseur ! ) pour aller reprendre son bol d'air.

Afin de permettre des immersions totales et prolongées, l'air est stocké entre les "ailes" et l'abdomen grâce à des structures tégumentaires "faites pour". Au gré des besoins l'air est semble-t-il "dispatché" par le biais de mouvements élytraux parfois étonnamment rythmés. Cette sorte de "respiration" est de plus spectaculaire car l'air entreposé se fait miroir en prenant un aspect mercurisé particulièrement lumineux et du plus bel effet ... à voir en vidéo ! (Nota: sur la seconde séquence, la pseudo articulation basale du siphon est à plusieurs reprises parfaitement illustrée).

La nuit venue les nèpes passent en "pause" ... si je puis dire ! Pour cela elles remontent en surface et profitent de la végétation environnante pour se stabiliser, siphon en permanence plus ou moins longuement dardé hors d'eau. Comme sur l'illustration, elles peuvent pareillement se positionner à la verticale, tête en bas et siphon pointé à fleur d'eau. Dans tous les cas elles semblent ainsi dormir, en toute quiétude et dans une parfaite immobilité ... sauf si un doigt inquisiteur vient troubler leur repos !

 
Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte à sec, vue dorsale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte à sec, vue ventrale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte, extrémité abdominale, vue dorsale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), adulte, extrémité abdominale, vue ventrale.
Nèpe adulte (à sec ! ) en vues dorsale et ventrale, suivies du siphon aérifère pareillement présenté.
(disjointes par la mise hors d'eau, les 2 demi-gouttières constituant ce siphon sont ici parfaitement visibles)
 
 
 
Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  le siphon, gros plan. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  le siphon, détail................ Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  siphon à l'équerre.. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  siphon en "grand écart".........
ci-dessus à gauche: détail du siphon et de ses valves; à droite:tel un processus "anti-casse", la partie basale du siphon est conçue pour pouvoir se plier tous azimuts.
(Nota: si la position à l'équerre n'est pas rare, le "grand écart" a été un peu "aidé", ce qui n'enlève rien à la finalité de la démonstration )
ci-dessous à gauche: stocké entre les ailes et l'abdomen l'air "siphonné" y prend un typique aspect mercurisé; et à droite: typiquement positionnées, quelques unes de mes pensionnaires encore endormies au petit matin. L'immobilité est totale, la prise d'air permanente, et il en est ainsi la nuit durant, et même un peu plus car les bestioles ont tendance à se coucher comme les poules ... et à faire la grasse matinée !
Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  mise en évidence de la réserve d'air, photo 1. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  mise en évidence de la réserve d'air, photo 2.............. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  groupe de nèpes  "endormies"
 
La prédation !

Par ses moeurs la Nèpe est parfaitement adaptée à la chasse à l'affût, et elle l'est aussi par sa morphologie. Elle dispose en effet de pattes antérieures à la fois préhensiles et "ravisseuses" (ci-dessous) qui lui permettent d'aisément capturer ses proies (autres insectes aquatiques, larves diverses, et à l'occasion petits têtards et alevins). Comme toutes les punaises, la Nèpe est dotée d'un rostre acéré (ci-dessous) qui lui permet de piquer sa proie, d'en liquéfier les chairs, et d'ainsi s'en repaître.

Donnant l'impression de toujours fonctionner au ralenti, tant ses pas et déplacements sont mesurés, pour ne pas dire comptés, la bestiole sait faire preuve d'une extrême promptitude quand il s'agit de capturer une proie. A titre d'exemple, l'aselle de cette vidéo en a fait les frais, mais quand on a l'impudence ( ou l'inconscience ! ), de "crapahuter" sur le dos d'une nèpe en embuscade ... la "sanction" est de rigueur !

 
Nèpe cendrée (Nepa cinerea), avant corps, face dorsale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), avant corps, face  ventrale.
Avant corps de la nèpe (vues ventrale et dorsale). Vous noterez la proéminence des yeux, d'où un très large champ de vision, facteur primordial pour toute chasse à l'affût. Vous noterez également la morphologie du rostre, sa robustesse et son acéré permettant de littéralement "poignarder" les proies ... et plus à l'occasion !

 

Nèpe cendrée (Nepa cinerea), patte ravisseuse fermée. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), patte ravisseuse entrouverte.. Nèpe cendrée (Nepa cinerea), patte ravisseuse grande ouverte.
Détail des pattes dites ravisseuses. Tout comme une lame de couteau pliant, le tibia se replie dans une gouttière du fémur. Vous noterez que les bords de la gouttière, et du "bras" qui y trouve place, sont dotés de fines rugosités érigées, propres à assurer une excellente rétention des proies capturées. Pour finir vous noterez l'éperon terminal (tarse modifié), sa conformation et son acéré faisant office de harpon.
 
Dimorphisme sexuel !

Comme les illustrations ci-dessous le montrent, les sexes sont très peu différents, pour ne pas dire indifférenciables à l'oeil nu. Le mâle est toutefois un peu plus petit, et surtout plus étroit, mais sauf à disposer des 2 sexes ( et encore ! ) l'examen des plaques génitales reste indispensable. Quand on connaît bien la bête le sexage à vue est possible, mais une vérification peut parfois s'imposer dans la mesure où la taille des bestioles est censément plus ou moins variable. En d'autres termes il peut y avoir de grands mâles, et de petites femelles ... comme chez les humains !

 
Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  couple, vue dorsale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  couple, vue ventrale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  extrémité abdominale du mâle Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  extrémité abdominale de la femelle.
Illustration du dimorphisme sexuel de la nèpe !
de gauche à droite: 1)- couple vu de dessus (mâle en haut); 2)- couple en vue ventrale ( mâle idem ! ); 3)- extrémité abdominale du mâle, face ventrale, avec plaque génitale nettement ogivale 4)- chez la femelle cette même plaque génitale (en fait la tarière ! ) est non moins nettement triangulaire et pointue.
 
 
Femelle !
Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  la tarière, photo 1. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  la tarière, photo 2 ............. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  la tarière et l'ovipositeur, photo 1. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  la tarière et l'ovipositeur, photo 2.
Le dispositif de ponte !
à gauche: triangulaire, acérée, munie d'une base articulée et d'une gouttière interne, telle se présente la tarière. Elle sert à la fois de guide pour l'organe de ponte proprement dit (= ovopositeur = oviscape), et à insérer l'oeuf dans le substrat; à droite: mise en évidence de l'ovipositeur. Pour une meilleure compréhension du dispositif, voyez les agrandissements.
 
 Mâle !
Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  édéage du mâle, vue  ventrale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  édéage du mâle, vue  ventrale de 3/4. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  édéage du mâle, vue  dorsale. Nèpe cendrée (Nepa cinerea),  édéage du mâle, vue de profil.
L'édéage ( = "pénis") du mâle !
de gauche à droite: vues ventrale; ventrale de 3/4; dorsale; de profil
Comme souvent chez les insectes, l'édéage est volumineux. Ces vues "tous azimuts" permettent de visualiser les différentes parties et "pièces" le constituant. Vous noterez que la saillie de l'organe a pour effet de fortement écarter les valves de l'extrémité abdominale, dont celles portant le siphon. Il s'ensuit une disjonction des gouttières, avec écartement pouvant aller très au-delà des 60°, d'où une notable incidence au niveau de l'accouplement.
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr