ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
le LUCANE ou CERF-VOLANT !
(Lucanus cervus, Coléoptère Lucanidae)
 
(page 2 sur 3)
 
- pour quitter les agrandissements, ou les vidéos, faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Présentation !
 
Le Lucane (Lucanus cervus) relève des Lucanidae, très grande Famille au niveau mondial, représentée en France par moins d'une dizaine d'espèces. C'est le plus grand et le plus imposant des insectes européens. C'est aussi le plus grand et le plus impressionnant de nos Coléoptères, car le développement mandibulaire des mâles peut atteindre des proportions spectaculaires, ce qui ajoute à la ressemblance avec les bois du cervidé .... d'où le nom de "Cerf-volant" ....CQFD !
 
Pour rester dans le domaine des superlatifs, c'est également l'insecte le plus étonnamment variable quant à la taille, à telle enseigne que les extrêmes (comme ci-dessous) semblent relever d'espèces totalement différentes. Vous noterez également le dimorphisme sexuel, lui-même hors normes, du moins en regard de ce qu'il est habituellement chez nos coléoptères.
 
En toute logique, plus les mâles sont gros et plus les mandibules sont développées, mais le rapport des tailles témoigne d'un mode de croissance différentielle savamment qualifié d'allométrique. A titre d'exemple si l'accroissement était isométrique (= linéaire), les mandibules d'un mâle de 70 mm feraient le double de celles d'un spécimen de 35 mm . En fait elles font le triple, d'où la notion d'allométrie, présentement dite majorante ou positive (a contrario minorante ou négative). Cette croissance différentielle n'est pas pas propre aux lucanes, ni même aux insectes, puisque tous les animaux, y compris l'Homme, en fournissent de multiples exemples.
 
mâles ! ......Lucanes mâles (tailles maxi-mini).Lucanes femelles (tailles maxi-mini)...... femelles !
illustration du dimorphisme sexuel, et de l'importante variabilité de la taille
(mâles de 82 et 32 mm; femelles de 27 et 42 mm)
 
L'espèce n'est pas protégée en France (*), du moins pas encore, car si l'insecte tend globalement à se raréfier, il demeure néanmoins commun par places. Cela dit son devenir passe évidemment par la préservation de ses biotopes, et plus encore par celle des gîtes larvaires sur lesquels nous reviendrons ultérieurement.
(*) Selon l' Arrêté du 23 avril 2007 (version consolidée au 06 novembre 2015), fixant les listes des insectes protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
 
Les Lucanes adultes sont crépusculaires et si les deux sexes sont aptes au vol ce sont les mâles qui prennent le plus volontiers leur majestueux essor à la recherche de femelles qui le plus souvent restent au sol et sont relativement peu actives. La concurrence entre mâles est sévère et les rencontres autour des femelles sont aussi fréquentes qu'inévitables. Elles donnent lieu à des affrontements spectaculaires tenant plus de la joute que d'un réel combat, en ce sens que l'évincé est surtout blessé dans son "amour propre" ... comme vous le verrez ultérieurement en vidéo !
 
exemple de mâles "ordinaires" détail des mandibules
à gauche: exemples de mâles en quelque sorte "standards", du moins pour le "44";
à droite: spécimen dressé en posture d'intimidation .... et mandibules plus impressionnantes que réellement dangereuses !
 
 
Lucane mâle sur le vif............... Lucane femelle sur le vif (photo 1) Lucane femelle sur le vif (photo 2) Lucane femelle sur le vif (photo 3)
 Quelques images de lucanes ....
à gauche: mâles; à droite: femelles.
 
 
 Accouplements ! ... et "castagnes" !
Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), accouplement, photo 1 Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), accouplement, photo 2. Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), accouplement, photo 3
 Exemples d'accouplements !
Comme vous le verrez sur la vidéo ci-dessous, l'amour au pays des lucanes n'est pas un modèle de tendresse !
 
Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessure" infligée ou reçue lors des combats entre mâles. Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessures" infligée sou reçues lors de combats entre mâles, photo 1. Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessures" infligée sou reçues lors de combats entre mâles, photo 2. Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessures" infligée sou reçues lors de combats entre mâles, photo 3.
 ci-dessus à gauche: lors des combats entre mâles, comme sur cette spectaculaire vidéo, les "carrosseries" peuvent quelque peu "souffrir", et même se voir perforées comme cette photo le montre, mais en pratique il n'y a jamais "mort d'homme"; à suivre: en élevage, les possibilités d'échapper à un adversaire plus combatif ou de plus grande taille sont évidemment réduites, d'où des blessures plus nombreuses et plus sérieuses , voire fatales... mais cela reste exceptionnel ! ci-dessous: transposition des spectaculaires "projections", bien connues des amateurs de catch. Au pays des lucanes, cette impressionnante empoignade peut s'avérer déterminante quant'à l'issue du combat ... et ça se comprend !
Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessures" infligée sou reçues lors de combat de mâles, photo 1. Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), exemple de "blessures" infligée sou reçues lors de combat de mâles, photo 2.
 
 
Pour impressionnantes qu'elles soient les mandibules du mâle "pincent" sans grande douleur, et surtout sans dommage pour votre épiderme. A l'inverse, les "tenailles" de la femelle, très puissantes et acérées, peuvent mordre au sang. Même si l'insecte est lent, et non agressif, il est donc préférable de le manipuler en connaissance de cause, c'est-à-dire en le saisissant dorsalement, comme on le fait pour un crabe. En cas de morsure ( qu'il faut vraiment "chercher" ! ), ne tirez pas sur la bête, car elle mordra encore plus fort. La seule solution consiste à la lâcher, en espérant qu'elle en fasse autant rapidement ... et vous n'avez pas le choix!
 
Mandibules du Lucane mâle Mandibules  (vue dorsale) de Lucane femelle. Mandibules  (vue ventrale) de Lucane femelle.
détail des mandibules
à gauche: mâle; au centre: femelle en vue dorsale; à droite: femelle en vue ventrale.
 
 
Comme souvent chez les insectes la vie de l'adulte est brève, et celle du mâle l'est encore plus car son rôle est censément limité, bien qu'indispensable. De fait les lucanes apparaissent au mieux vers la mi-juin, et sauf quelques retardataires au demeurant souvent bien "fatigués", on peut dire que la fin août représente le seuil normal de leur longévité. Ce laps de temps est essentiellement dévolu à perpétuer l'espèce, d'autant que les besoins nutritionnels sont quasi inexistants et limités au "léchage" de sève et d'exsudations variées qui se rencontrent sur les arbres blessés ou malades.
 
L'insecte est évidemment l'hôte privilégié des grands espaces forestiers mais il fréquente également les bois de moindre importance, les bosquets, parcs, haies bocagères, et même les jardins ruraux où il peut profiter de la strate inférieure du bois de chauffe souvent longuement entreposé en extérieur.
 
La durée du développement et la variabilité de la taille résultent souvent de la qualité nutritionnelle du bois, mais certaines régions comme le Sud-Ouest, et notamment les Pyrénées-Atlantiques, sont bien connues pour donner vie à des Lucanes majoritairement de grande taille (ci-dessous). En l'occurrence ils sont qualifiés de "major" par opposition aux "minor", ou encore aux "médium" c.a.d. aux intermédiaires.
 
 
pas forcément digne du " Guiness"..... exemple de Lucane "major" ......mais pas loin néanmoins (85 mm) !
 
Pour info !
 
Les acariens ci-dessous sont très fréquents sur les grands bousiers, mais ce ne sont pas des parasites, du moins au sens strict du terme, car ils ne vivent pas aux dépens de l'hôte. Aussi surprenant que cela poisse paraître, ils se font seulement transporter à bon compte, phénomène appelé "phorésie", d' où le nom d'acariens phorétiques donné à ces drôles d'auto-stoppeurs.
 
femelle de lucane avec acariens femelle de lucane avec acariens (face ventrale) détail des acariens (Gamasidae)
à gauche: femelle de lucane "parasitée" par des acariens phorétiques (sans doute Gamasidae);
au centre: face ventrale ...il y a du monde ! à droite: détail des acariens
  
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr