ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
Neuroterus quercusbaccarum
 
(suite des galles ou cécidies du chêne)
 
(page 9 sur 12)  
 
- pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Neuroterus quercusbaccarum
 
Là encore ce Cynipidé produit 2 types de galles, et deux types d'individus issus de générations asexuées et sexuées.
 
a)- la génération asexuée
 
Elle est issue de galles lenticulaires très communes qui "poussent" le plus souvent en nombre, au verso des feuilles de chênes. D'un diamètre de l'ordre de 5 à 7 mm, du moins à terme, ces galles sont reliées au limbe de la feuille par un très court pédoncule. En début de développement elles portent de courtes villosités, et leur couleur tire sur le vert-jaunâtre. En fin de croissance elles deviennent lisses et virent à l'ocracé-rougeâtre.
 
En automne ces galles tombent à terre, soit isolément, soit avec les feuilles. A ce stade les larvules sont véritablement minuscules, et elles occupent la partie centrale de la galle. Par la suite les galles en question vont sensiblement "gonfler" , suivant en cela le développement des larves. Ces dernières vont se métamorphoser en février- mars, puis très vite donner des femelles parthénogénétiques (= agames), autrement dit la génération asexuée. Les insectes issus de ces galles sont de très petite taille, de l'ordre de 2,5 mm.
 
 
Illustrations relatives à la génération asexuée de Neuroterus quercusbaccarum
 
 
galles lenticulaires de galles de Neuroterus quercusbaccarum galles de Neuroterus quercusbaccarumNeuroterus quercusbaccarum 
 ce type de galle donne la génération asexuée qui émergera en mars.
à gauche: galles prélevées à la mi-juillet; à droite: prélevées fin septembre
(à terme ces galles atteignent 6 à 8 mm de diamètre)
 
 
 
galles de Neuroterus quercusbaccarum (mi-juillet) détail des galles, fin septembre
à gauche et au centre: aspect des galles à la mi-juillet ,et détail des pédoncules de fixation sur le limbe de la feuille.
à droite: aspect des galles à maturité (fin septembre).
 
 
 
"avant"galles avant développement de l'insecte galles à la fin du déveoppement de l'insecte "après"
Profil des galles "in natura", avant, et après, le développement des insectes 
 à gauche: à la chute des feuilles (octobre-novembre): la face interne des galles est plate, voire concave, l'insecte étant encore à l'état d'oeuf ou de toute jeune larvule. à droite: à la fin du développement de l'insecte (nymphose), en décembre-janvier: les galles sont nettement "gonflées", avec convexité des 2 faces.
 
 
nymphes de Neuroterus quercusbaccarum nymphes de Neuroterus quercusbaccarum
à gauche: nymphes extraites, fin décembre, de galles "in natura" (avec aperçu des "logettes"). au centre: nymphes extraites, à la même date, de galles "élevées en intérieur", d'où un développement plus rapide qu'en milieu naturel, et la présence de formes très pigmentées, et donc prêtes à "éclore". à droite: femelles parthénogénétiques (extraites de galles "in natura" à la mi-février).
 
 
b)- la génération sexuée
 
Les femelles parthénogénétiques de Neuroterus quercusbaccarum (ci-dessus à droite), issues en mars des galles lenticulaires, vont très vite pondre sur les bourgeons des chênes. Il s'ensuivra non moins rapidement de petites "grappes" de galles globuleuses qui se développent sur les chatons mâles desdits chênes. Vertes à la formation, ces galles rougissent plus ou moins, tout en grossissant rapidement pour atteindre 5 à10 mm de diamètre. A noter que cette galle peut à l'occasion se développer individuellement sur le feuillage. Le cas n'est pas rare, mais c'est loin d'être la généralité.
 
Le développement des larves est lui aussi très rapide, car dès la fin avril on observe les premières nymphoses (in natura). Ultérieurement ces galles donneront naissance à des insectes sexués, là aussi très petits. Les femelles vont alors pondre leurs oeufs (cette fois fécondés) à l'envers des feuilles de chênes, ce qui induira les galles lenticulaires de la génération asexuée.
 
La boucle est ainsi bouclée, et contrairement à d'autres espèces, vous noterez que les phases asexuées et sexuées se succèdent dans la même année.
 
 
Illustrations relatives à la génération sexuée de Neuroterus quercusbaccarum
 
 
galles en "grappe" "grappe" de galles
"grappes"  in situ de Neuroterus quercusbaccarum
 
 
galles sur châtons mâlesexemple de coalescence larves en place jeune nymphe
de gauche à droite: 1)- galles isolées 2)- exemple de coalescence (très fréquent): 3)- larves en place; 4)- jeune nymphe
Nota: toutes les images ci-dessus ont été prises fin avril.
 
 
Le développement et la maturation de ces galles sont très rapides. Dessèchement des chatons aidant, elles commencent en effet à tomber début Mai, et la plupart de leurs occupants sont déjà à l'état de nymphe plus ou moins avancée, voir de jeune imago. Dans la décade qui suit il y a même des émergences, y compris sur galles non encore tombées, et pour tout dire je ne suis pas du tout convaincu qu'il s'agisse bien de quercusbaccarum !
 
De fait, l'uniformité de la taille de ces insectes me semblant aller à l'encontre d'une génération sexuée (les femelles étant généralement plus grosses), j'ai ouvert bon nombre de galles, et à maintes reprises je suis tombé sur 2 locataires....l'un étant souvent en piteux état !
 
 
galles ouvertes montrant la logette centrale trous de sorties sur galles imago de quercusbaccarum....ou parasite !
 
de gauche à droite, et à la mi-Mai: 1)- logettes centrales; 2)- trous de sorties;
3)- morphe des insectes émergeants (quercusbaccarum....ou parasite !)
 
 
galle foliaire indéterminée idem, mais grossie !
 Exemple de galle foliaire de N. querusbaccarum. Sphérique, translucide, elle atteint 8 mm de damètre. Sans être exceptionnelle, elle est moins fréquente que les "grappes" issues des bourgeons.
 
 
Curiosité !
 
Un tout jeune plant de chêne (25 cm), a bien "profité" de la toute proximité (fortuite!) de mon "élevage" de galles lenticulaires (génération asexuée). A noter que les galles, cette fois porteuses d'insectes "sexués", se sont présentement développées sur les toutes jeunes feuilles.....faute de chatons !
 
C'est ce qui s'appelle... grappe de galles sur tout petit plande chêne...avoir les boules !
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr