ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
 LE GRAND CAPRICORNE DU CHÊNE (Cerambyx cerdo) !
(Coléoptère Cerambycidae)
 
(page 2 sur 4)
   
- pour quitter les agrandissements, ou les vidéos, faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 

couple de Cerambyx cerdoIntro !

C'est un de nos plus grands et plus spectaculaires Coléoptères, mais c'est aussi l'ennemi avéré du plus grand et du plus symbolique de nos arbres !

Présentation

Avoisinant les 6 cm hors antennes le Grand capricorne du chêne (Cerambyx cerdo) appartient à la famille des Cérambycidés, autrement dit des longicornes, laquelle dépasse les 230 espèces pour la faune française.

Comme son nom le laisse supposer, c'est un hôte des chênes, et outre les diverses essences indigènes, il ne dédaigne pas les espèces américaines souvent utilisées en sujets isolés, ou encore comme arbres d'alignements en milieu urbain ou sub-urbain.

L'insecte est actuellement protégé par la Loi, mais s'il tend effectivement à se raréfier dans certaines régions (nord par exemple), force est de constater qu'en d'autres lieux il est loin d'être rare, et à la limite on peut même dire qu'il s'y montre nettement plus menaçant que menacé.

Vous verrez (page suivante) que la larve atteint une taille des plus respectables (7 à 8 cm de long) et que ses galeries sont à la mesure de cette taille, et aussi du bel appétit de la larve en question.

Les sexes sont séparés et facilement reconnaissables à la longueur des antennes, celles du mâle excédant très largement la longueur du corps, alors que celles de la femelle atteignent à peine l'extrémité abdominale ( cliché ci-dessus).
 
Biologie
 
Contrairement à d'autres longicornes le cerdo attaque le bois vivant, et de surcroît assez profondément, ce qui peut induire une notable dévalorisation de l'arbre, et le cas échéant de ses grumes. Abstraction faite de sa protection juridique, on peut même dire que le bois de chauffe est la seule alternative possible, tant l'arbre est taraudé en tous sens lors d'attaques importantes et répétées.
 
 
mâle de cerdo (sur le vif) femelle de cerdo (sur le vif)
à gauche & au centre : femelle de Cerambyx cerdo; à droite : exemplaire mâle.
(insectes photographiés à l'occasion d'un abattage de sécurité).
 
 
Juste pour info ... ... ne pas confondre !
 Comme les trains ....un Cerambyx peut en cacher un autre ... et même 2 autres !
à gauche: le Cerambyx scopolii (voir site) est en effet une sorte de modèle réduit du cerdo, et la photo ci-dessus témoigne tout à la fois de la convergence des formes, et de la disparité des tailles; au centre: couple de Cerambyx miles (mâle en bas). En moyenne à peine plus petite que le cerdo, cette très voisine espèce se distingue essentiellement à ses antennes. Celles du mâle atteignent ou dépassent de peu les élytres, et celles de la femelle arrivent tout juste à la moitié desdits élytres; à droite: en cas de doute les extrémités apicales des élytres du cerdo présentent une "épine", là où celles du miles sont régulièrement arrondies. Pour finir le Cerambyx miles se rencontre surtout dans le "midi", et il est actif de jour comme de nuit.
 

L'insecte apparaît début juin, parfois dès la fin Mai, et il est crépusculaire. Par temps orageux il peut parfois s'activer dans la journée mais le fait reste très ponctuel. Le Cerambyx cerdo est par ailleurs apte au vol et là encore c'est entre chien et loup qu'il est le plus enclin à prendre son superbe et spectaculaire essor (à voir en vidéo ! ). Il vole en effet lentement, le corps incliné à 45°, les élytres relevés en V, et les antennes largement déployées en arc de cercle.

 La vie de l'adulte est brève ( du moins dans la nature ! ), de l'ordre de 1 à 2 mois durant lesquels il se consacre essentiellement à pérenniser l'espèce. L'insecte se contente de peu, et il lui suffit souvent de s'abreuver sur les plaies ou diverses exsudations des arbres, mais à l'occasion il ne dédaigne pas les fruits mûrs.

L'époque des émergences venue, le cerdo s'observe aisément sur les arbres attaqués. Il déambule lentement, le long des troncs ou des branches maîtresses, tout en agitant doucement et fort gracieusement ses longues antennes. Pour finir sachez que le cerdo émet volontiers une sorte de couinement ou de crissement rythmé, comme ici , produit par le frottement répété du thorax sur la zone abdominale lui faisant suite.

A noter enfin que le cerdo est plus généralement présent sur des arbres affaiblis (âge, maladies, élagages sévères ou répétés, etc...), et que les sujets plus ou moins isolés ont souvent sa préférence (haies, parcs, bosquets, lisières forestières, bords de routes, etc...). 

Détection
 
En règle générale (il est toujours des exceptions ! ), les attaques initiales sont discrètes et passent aisément inaperçu, du moins pour l'oeil non averti. Quelques timides écoulements de sciure le long du tronc ou au pied de l'arbre, ou encore quelques trous de sorties épars rarement décelés (et encore plus rarement identifiés comme tels ! ) sont évidemment le prélude à des offensives nettement plus caractérisées, visibles, et sévères.
 
De fait, les énormes trous de sorties ( jusqu' 2 cm de diamètre ) se multiplient, et s'ajoutent d'année en année, car notre bel insecte a tendance a pondre sur l'arbre où il s'est lui-même développé. Cette propension explique d'ailleurs que des arbres sains puissent voisiner avec des "passoires", mais le plus souvent il faut bien dire qu'il s'agit d'un sursis.
 
 
C.cerdo "in natura" sciure sur tronc attaqué par le cerambyx cerdo
à gauche: mâle de Cerambyx cerdo en "vadrouille".
à droite: coulée de sciure témoignant de la présence de l'insecte, et plus exactement de ses larves.
 
 
 
l'exception qui....bel xemple de "tir groupé"....confirme la règle !
 
Beau "carton", ou "tir groupé", tel pourrait être l'intitulé de cette illustration. J'ajouterais qu'il s'agit d'une attaque initiale, exceptionnellement importante et concentrée (tous les trous de sorties sont frais, car bien rouges, comme la partie interne de l'écorce).
 
 
Faits ... et méfaits ....
 
1)- quelques exemples ....
 
Les illustrations ci-dessous témoignent d'attaques répétées, et très importantes, mais aussi d'arbres virtuellement condamnés, même s'ils peuvent encore "tenir" bien des années.
 
 
sur chêne d'alignement ....chêne de haute tige très attaqué chêne de haute tige très attaqué (détail du pied de l'arbre) ..et de haute tige !
vue d'ensemble et détail: remarquer la multiplication des trous de sorties, et l'accumulation de sciure à la base de l'arbre.
Notez qu'une dizaine d'arbres sont alignés, et pareillement attaqués.
 
 
 
sur chêne têtard...chêne têtard très attaqué chêne têtard très attaqué (détail pied de l'arbre) chêne têtard très attaqué (détail du tronc de l'arbre)....et complètement isolé!
vue d'ensemble et détails: l'attaque est ici beaucoup plus récente, mais aussi plus "rondement" menée,
(l'isolement de cet arbre concentrant évidemment les parasites, via une sorte d'auto-alimentation)  
Ces photos datent de la mi-octobre 2005 ... à comparer avec les 3 clichés suivants !
 
2)- quand les choses se corsent .... l'arbre s'écorce !
 
attaque très avancée sur chêne têtard (photo 1) attaque très avancée sur chêne têtard (photo 2) attaque très avancée sur chêne têtard (photo 3) Cerambyx cerdo mâle in situ
 début Juin 2009 .. soit moins de 4 ans plus tard !
Remarquez l'enchevêtrement des galeries larvaires, et le délabrement général de la partie aubieuse, quand l'écorce finit par tomber.
à droite : un des "acteurs", flashé in situ ! 
 
chêne très attaqué chêne attaqué par cerambyx cerdo arbre très attaqué et écorcé (ensemble) arbre très attaqué et écorcé (détail)
autre exemple ... "même punition, même motif ! "
 
 
3)- un record ?

De telles concentrations sont assez exceptionnelles, mais au fil des ans et des générations ce "record" se verra régulièrement battu, car au pays des cerdo c'est toujours "chacun son trou" ... et un tronc pour tous ! Pour l'heure la "passoire" se porte excellemment, du moins en apparence, mais au final l'insecte l'emportera, tel David face à Goliath ... et rien n'y pourra changer !

 
une vraie ... chêne très  attaqué par cerambyx cerdo, photo 1 chêne très  attaqué par cerambyx cerdo, photo 2 ... passoire !
Déjà plus de 50 trous ... et ce n'est pas fini !
( et ce n'est qu'une partie du tronc ... la plus attaquée il est vrai !)
l'agrandissement du cliché droit vaut le coup d'oeil !
 
4)- trous et galeries ... détails
 
 
trou de sortie "frais" illustration de la taille des trous de sorties (doigt) illustration de la taille des galeries (main) illustration de la taille des galeries (main) lexemple de chêne doublement condamné.
 
de gauche à droite; 1)- Exemple de trou de sortie de l'année. Il se différencie des plus anciens par la couleur rougeâtre de l'écorce périphérique interne. Vous noterez que c'est un excellent moyen de repérer la date des premières sorties, et partant de pouvoir observer l'insecte. 2)- la taille des trous de sorties est telle qu'un doigt peut aisément y pénétrer. 3 & 4)- ces deux clichés se passent de commentaires quant à la largeur et au volume de certaines galeries; 5)- La double condamnation du chêne ... par l'homme et la bête !
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr