ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
l'ABEILLE CHARPENTIÈRE ou XYLOCOPE !
(Xylocopa violacea, Hyménoptère Apidae)
 
(page 2 sur 3)  
 
- pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Le Xylocope, Xylocopa violacea, ou "abeille charpentière", est l'un de nos plus grands et plus impressionnants Hyménoptères. Comme les abeilles domestiques, ou encore les "bourdons", cet insecte relève de la famille des Apidae. Contrairement aux espèces précitées, qui elles vivent en colonies, le Xylocope est une abeille dite "solitaire".
 
Comme tous les Hyménoptères cet insecte est doté de 4 ailes, par opposition aux Diptères (= "mouches" au sens large) qui n'en possèdent que 2, les postérieures étant remplacées par des "balanciers", organes liés à l'équilibration. L'insecte atteint 45 à 50 mm d'envergure, pour une longueur de 25 à 30 mm, et il est fondamentalement noir-violacé, le violacé étant plus nettement marqué au niveau des ailes, et perceptible sous incidence favorable.
 
xylocopa violacea (vu de dessus)xylocopa violacea (vue latérale)
l'abeille charpentière ou Xylocope (Xylocopa violacea)
 
xylocope sur le vif (photo 1) xylocope sur le vif (photo 2) xylocope sur le vif (photo 3) xylocope plein de pollen
 
 
Le Xylocope est un butineur, et sa "trompe" est particulièrement robuste et bien développée (ci-dessous). Ses mâchoires le sont tout autant, (ci-dessous également), ce qui lui permet de creuser le bois pour nidifier, étant entendu qu'il s'attaque le plus souvent à des parties plus ou moins dégradées. A noter cependant que je l'ai vu creuser un encadrement de fenêtre en "Sipo", acajou exotique très résistant et quasi imputrescible. Certes, le bois datait, mais la performance demeure. De la même façon j'ai vu le Xylocope à l'oeuvre sur une latte de banc de jardin qui était loin d'être pourrie. J'ajouterais que c'était chez un voisin, au demeurant passablement effaré de voir à l'aplomb du trou un monticule de "copeaux" qui faisait bien 4 cm de haut sur 7 ou 8 de large!
 
 
la tête et ..... tête xylocope copeaux de bois du xylocope copeaux de bois du xylocope (sur toile d'araignée) copeaux de bois du xylocope sur toile d'araignée (détail) ....les copeaux !
Tête: en vert: la trompe (stylets écartés) avec la langue au milieu; en rouge: les mâchoires, véritables "gouges" de menuisier.
à suivre: exemples de copeaux de Xylocope. Vous noterez que leur amoncellement est un excellent indice pour chercher et localiser la bête. Les 2 photos à droite donnent un aperçu de ce qu'il advient d'une toile d'araignée quand un xylocope nidifie 1 m au-dessus d'elle !
  
 
Bien entendu le nom de "charpentière" peut laisser augurer du pire, mais les attaques ( s' il y a ! ) portent avant tout sur les charpentes en quelque sorte à ciel ouvert (granges par exemple), et de surcroît en mauvais état. La bestiole n'étant pas vraiment discrète, il est aisé de la repérer, d'où des dégâts le plus souvent ponctuels et limités, du moins en regard des autres ravageurs (cf. pages entomo "termites" et "Capricorne des maisons").
 
 
 La nidification
 
Elle justifie pleinement cette "page entomo", et en terme de biologie elle constitue la principale "curiosité" de l'abeille charpentière. Avant d'entrer dans le détail de la nidification proprement dite, sachez que les Xylocopes se reproduisent en Mai-Juin, que les adultes émergent en fin d'été, et que les deux sexes hivernent.
 
A partir d'une entrée commune, plusieurs galeries parallèles et de longueur variable sont creusées. Elles sont divisées en logettes par des cloisons de sciure amalgamée, et dans chacune d'entre-elles un oeuf est déposé, accompagné d'un agglomérat de pollen façonné par la femelle, lequel sert évidemment de nourriture pour la larve. Dans l'exemple ci-dessous les entrées sont bien individualisées, et regroupées "en bout", mais elles peuvent être très diversement localisées et disposées, selon l'accessibilité et la texture des bois attaqués.
 
Vous noterez que les Xylocopes peuvent occasionnellement nidifier "à bon compte", en aménageant des galeries boiseuses existantes (creux de roseaux brisés, branches mortes de sureaux où l'extraction de la moelle est aisée, vieilles galeries d'insectes xylophages, etc....). A noter également qu'il n'y a pas de "standard" quant au nombre de galeries, et de logettes par galerie, tout étant fonction du volume et de la consistance du bois. Personnellement je n'ai pas observé plus de 6 logettes consécutives par galerie, ni moins de deux, mais ce n'est pas forcément la règle.
 
 
entrées de galeries de xylocopes (vue transversale) galeries de xylocopes (vue longitudinale)
 
à gauche: section de la bûche montrant les galeries de10 à 12 mm de diamètre, creusées par le Xylocope. Sur l'une d'entre-elles, en apparence peu profonde, on devine le cloisonnement transversal. A droite: vue longitudinale de ces mêmes galeries. Elles sont typiquement parallèles, à la fois entre-elles et par rapport au fil du bois. Présentement elles sont bien sûr vides, et décloisonnées ( voir nota ci-après).
 
Nota: cette nidification, particulièrement démonstrative, a été classiquement trouvée dans un tas de bois de chauffe. La section de la bûche était de 10 à 12 cm de diamètre, et sa longueur initiale de 50 cm , mais seule la partie attaquée est figurée. C'était début août 2006, et à ma grande surprise, pas moins de 41 Xylocopes me sont sortis sous le nez lors du débitage de cette bûche, sans parler de la quinzaine de nymphes trouvées en place !
 
 
exemple de nid de xylocope
exemple de "nid-galerie" du Xylocope (remarquer la disposition des logettes, et les cloisonnements).
en rouge: nymphes très pigmentées, et donc sur le point de se transformer en adultes (mue dite imaginale)
en vert: loge sans oeuf (ou non éclos) montrant la boulette nutritive de pollen.
à droite: vue sur une galerie commune (sous-jacente), et donc non cloisonnée.
 
 
boulettes nutritives des larves crottes de larve de xylocope
à gauche: exemple type de boulette nutritive; au centre: idem mais sans doute non encore débitée et travaillée.
à droite: excréments larvaires, très nombreux dans chaque loge.
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr