ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -  
 
 
LE VARROA des ABEILLES !
(Varroa jacobsoni, Arachnidé Gamasidae)
 
(page 2 sur 2)  
 
- pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Préambule
 
Bien que les insectes et les acariens soient des arthropodes (= animaux à pattes articulées) nous rappellerons que les acariens ne sont pas des insectes, mais des arachnides, et qu'à ce titre ils sont voisins des araignées, et des scorpions. Entre autres caractères morphologiques différenciant les acariens (et donc les arachnides) des insectes, nous citerons le plus évident, à savoir la présence de 4 paires de pattes, alors que les insectes en ont toujours 3. A signaler toutefois que ce caractère ne vaut que pour l'acarien adulte car les larves sont dites hexapodes, puisque dotées de 6 pattes et non de 8!
 
Généralités sur le Varroa

Le Varroa (Varroa jacobsoni) est un acarien d'origine asiatique qui a été découvert en France en 1982. Il est maintenant bien connu des apiculteurs, du moins pour les dégâts qu'il peut occasionner dès lors qu'il tend à pulluler. Ce parasite de la famille des Gamasidés s'attaque aux abeilles adultes, mais également aux larves et aux nymphes, autrement dit au couvain. Comme tout parasite le Varroa vit aux dépens de son hôte, et dans la mesure où une même abeille peut en héberger plusieurs, on imagine aisément que ladite abeille finisse par dépérir, et même à périr tout court. Au niveau du couvain cette acariose génère souvent des malformations, ce qui hypothèque le devenir de l'insecte, et à terme celui de la colonie. Suite à une prolifération sévère, et non traitée, une ruche peut se voir totalement dépeuplée en quelques années. La petitesse du parasite ajoute évidemment au caractère insidieux de son attaque, et bien souvent ce type d'acariose est découvert à un stade déjà avancé.

Morphologie

Par sa forme générale le Varroa ressemble à un minuscule crabe "tourteau" ou "dormeur" (Cancer pagurus) dont la taille serait de l'ordre du mm. La comparaison s'arrête là car le Varroa est très aplati et doté de pattes à la fois très courtes, et très puissantes. Elles permettent au parasite de se déplacer au sein de la ruche, mais surtout de s'agripper sur l'hôte et de s'y installer pour consommer (tout en se laissant véhiculer à l'occasion!). Pour finir le Varroa est doté d'un rostre acéré qui lui permet de perforer les téguments de l'abeille, et de puiser ainsi au plus vif de son "garde-manger".

Prévention & traitement.

La prévention passe par l'élevage de souches d'abeilles en quelque sorte "résistantes", ou plus exactement aptes à se débarrasser du parasite, et par le fait à plus ou moins l'éliminer. Elle passe également par l'examen minutieux des ruchers, ou par celui des abeilles mortes de fraîche date, ce qui peut permettre de déceler l'acariose avant qu'elle ne se généralise.

Les traitements chimiques (acaricides) constituent pour l'heure la seule parade, mais leur efficacité est rarement effective à 100 %, d'autant que l' "accoutumance" finit par induire des souches plus ou moins résistantes (*). En pareil cas l'apiculteur est souvent tenté d'augmenter le dosage, ou la fréquence des traitements, mais il est préférable de changer de produit, et plus exactement de principe actif. Bien entendu, et c'est là une évidence, tout traitement doit être compatible avec la vie même des abeilles, mais également avec la qualité gustative et sanitaire du miel.

Au final, et même si les acaricides ne sont pas forcément la panacée, ils permettent le plus souvent de ramener le taux de "parasitage" à un niveau acceptable en regard du développement normal d'un rucher, et donc de sa production mellifère.

(*) le phénomène est bien connu, et il vaut en de multiples domaines. Le cas des moustiques est à cet égard très symptomatique, car l'émergence de souches résistantes d'Anophèles pose bien souvent de réels problèmes dans les pays et régions où la malaria (= paludisme) sévit.
 
 
Gros plans sur le Varroa

Là encore le MEB (Microscope Electronique à Balayage) permet d'obtenir des clichés inhabituels, lesquels devraient intéresser les apiculteurs, mais aussi tous les "curieux de Nature".

vue dorsale d'un varroa (microscopie à balayage) vue ventrale d'un varroa (microscopie à balayage)
Varroa jacobsoni: face dorsale (gauche) & ventrale (droite).
(X 55)
 
rostre de varroa (microscopie à balayage)
Détail de zone buccale: rostre (flèche) entouré des palpes.
(X 200)
 
varroa sur abeille (microscopie à balayage)
Varroas (flèches) "in situ" sur l'abdomen d'une abeille domestique
(X 10 & 24)
détail de varroa sur abeille (microscopie à balayage)
 
Sur ces derniers clichés on voit très nettement que la forme aplatie des parasites permet à ces derniers de s'insinuer sous les plaques ventrales de l'abeille afin d'atteindre les membranes inter-segmentaires, plus fines et moins dures, pour y planter leur rostre et ainsi se sustenter.
 
 
 
cette page est indexée par logo de BEEHOO ...le site apicole mondial !
 
et par les éditions ATLANTICA-SEGUIER
 
A noter la sortie d'un ouvrage consacré au Varroa,
et écrit par deux "monuments" de l' acarologie.
Pour en savoir plus: cliquez ici
 
 
 
FIN
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr