logo "insectes.net"les rainettes vertes - drôle de pêche - Totor le bufo -
 
 
les Rainettes vertes !
 
Rainette verte (Hyla arborea)Tout gosse, et avec la complicité paternelle, j'avais très souvent 2 ou 3 rainettes vertes dans un bocal doté de la traditionnelle petite échelle.....
 
J'avais toujours grand plaisir à sortir les jolies et charmantes bestioles sur la table familiale, et à les voir gober des mouches légèrement " estourbies ", voire carrément désailées.
 
Il me souvient que l'une de mes protégées affectionnait tout particulièrement les verres des lunettes paternelles, sans doute en raison de leur brillance. La hauteur des sauts, et la précision des " atterrissages " avaient de quoi surprendre. C'en était d'ailleurs devenu un jeu, mais je vous laisse imaginer l'état des verres, et la séance de nettoyage qui s'ensuivait, et qui pour le moins s'imposait.
 
******************
 
Présentement j'étais tout jeune marié, et un coin du séjour était dévolu à mes batraciens. Il s'agissait essentiellement de tritons, salamandres, et bien sûr des incontournables rainettes vertes de mon enfance.
 
Un jour, l'une de ces dernières s'est échappée, et il m'a été impossible de la retrouver. L'appartement était ancien, pour ne pas dire vétuste, et comme pour les tritons je m'attendais à la retrouver complètement desséchée au milieu d'un paquet de " moutons ".
 
Trois bonnes semaines s'étaient écoulées, et j'avais entrepris de ranger ce qui faisait office de placard sous évier, à savoir une simple étagère masquée par un rideau. On y entreposait le petit matériel d'entretien, et les produits afférents voisinaient avec quelques fonds de boîtes de peinture, et un petit bocal où j'avais l'habitude de stocker mes pinceaux.
 
En sortant le bocal en question j'ai eu la surprise d'y trouver la fameuse rainette, et vivante de surcroît. Par contre elle était passée du vert au jaune paille, et elle semblait bien incapable de se déplacer tant ses mouvements étaient d'une extrême lenteur. En outre elle était passablement bouffie, et surtout elle donnait la très curieuse impression d'être quasi translucide tant la peau et les muscles étaient diaphanes.
 
La raison de cette très étonnante survie, et de cette non moins surprenante mutation, tenait à ce que je conservais toujours mes pinceaux dans un fond d'huile à salade. Notre rainette y avait trouvé une protection efficace contre une déshydratation et un dessèchement cutané à coup sûr fatals. A préciser, si besoin était, qu'il s'agissait bien sûr d'huile pure, et non de "vinaigrette" !
 
Au moment de sa découverte elle était verticalement accolée aux pinceaux, et littéralement assise dans le centimètre l'huile salvatrice qui garnissait le fond du bocal. Cela dit c'était bien loin d'être la grande forme, mais très progressivement je suis néanmoins parvenu à la " récupérer ", et au bout de quelques jours elle a pu retrouver ses congénères.
 
Au final, et je pense que vous en conviendrez, on ne peut que rester confondu devant l'instinct de survie de cette petite rainette.
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr