ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
les GALLES ou CÉCIDIES du CHÊNE !
Cynips and Co, Hyménoptères Cynipidae
 
(page 2 sur 12)  
 
- pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Notez- le ! : Ces pages entomo sur les galles ont été réalisées avant l'avènement des APN. De ce fait les illustrations ont été obtenues sur scanner à plat, puis traitées en "gifs transparents", d'où une taille réduite, et une piètre qualité. Bien entendu des photos numériques commencent à les remplacer ou les compléter , mais le nombre et la spécificité de ces galles font que la tâche promet d'être longue et ardue. Merci de votre compréhension !
 
 
"cannette" mature d'andricus kollariIntro !
 
Etant gamins beaucoup d'entre-nous se sont amusés avec ces drôles de billes brunes (ci-contre) que nous appelions des "cannettes". Elles avaient la dureté du bois, la légèreté de la plume, et nous les trouvions sur les chênes.
 
Sauf à être entomologistes (et encore!), bien peu de parents, ou grands-parents, étaient en mesure de donner l'ombre d'une explication, et sans doute étaient-ils eux-mêmes à cent lieues d'imaginer la réalité tant la Nature s'est ingéniée à "brouiller les pistes".
 
Les Cynips et consorts sont en effet de bien drôles de bestioles, et par-delà la modestie de la taille, et de la parure, nous allons voir que les modalités de leur cycle de vie sont pour le moins peu banales. En ce sens elles témoignent des extraordinaires ressources de l'Evolution, et partant de la complexité des adaptations qu'elle peut générer.
 
 
Présentation des Cynipidés
 
Pour l'entomologiste, les Cynips (au sens large) sont de petits Hyménoptères, à l'instar par exemple des abeilles, guêpes, et fourmis. Leur taille n'excède pas 4 ou 5 mm, et comme tout Hyménoptère ils sont dotés de 4 ailes, ce qui les différencie des Diptères (c.a.d. des "mouches" au sens large) qui en portent 2.
 
exemple de Cynipidé (Andricus quercustozae)Vous l'aurez compris ces minuscules insectes sont à l'origine des fameuses "galles", lesquelles sont scientifiquement dénommées "cécidies". Pour être plus précis, ce sont les piqûres, les pontes, et les morsures des larves, qui entraînent une modification cellulaire du tissu végétal, la croissance de ce dernier se faisant finalement excroissance. Selon l'espèce de Cynips lesdites excroissances végétales sont diversement localisées, et conformées.
 
La plupart des espèces de Cynipidés, associées aux chênes, se caractérisent par l'alternance de générations asexuées et sexuées. En outre, histoire de faire bonne mesure, chacune de ces générations produit des galles différentes, et ce en des localisations souvent elles mêmes différentes. Certains Cynipidés ne font pas de galles, mais dans la mesure où ils vivent en commensaux, voire en parasites, ils se contentent de squatter celles d'autrui, un peu à la manière du bien connu coucou.
 
Cela dit, il n'est surtout pas question de vouloir être exhaustif, car c'est là affaire de spécialistes. Présentement il s'agit seulement de donner un aperçu des mille et une facettes de ces "curiosités" naturelles que sont les galles végétales, et quand c'est possible d'y associer les insectes qui sont à l'origine de leur formation. Dans le même esprit il faut également savoir que le chêne n'a pas l'exclusivité en matière de galles, même s'il est effectivement bien "doté". Il faut enfin savoir que les galles peuvent être générées par d'autres insectes, tels que les Diptères (= "mouches" au sens large) par exemple.
 
 
Liste des espèces "récoltées"
 
.... et dans l'ordre de présentation sur le site !
 
Biorhiza pallida - Andricus fecundatrix - Andricus kollari - Andricus quercuscalicis- Andricus quercusramuli (*), Andricus dentimitratus - Andricus lucidus - Andricus lignicolus - Andricus aries - Andricus curvator - Andricus quercustozae - Neuroterus quercusbaccarum - Neuroterus numismalis - Neuroterus albipes - Cynips quercusfolii - Cynips longiventris - Cynips divisa - Diplolepis rosae.
 
(*)- la p'tite dernière, trouvée au printemps 2013 à deux pas de chez moi !
 
- Vous noterez que toutes ces espèces, à l'exception d' Andricus dentimitratus, on été trouvées dans la région Nantaise, que d'autres existent à coup sûr, et que toutes peuvent évidemment se rencontrer en d'autres lieux. Vous noterez également qu'elles font l'objet de près de 300 illustrations (agrandissements compris).
 
- Vous noterez encore l'obligation de parcourir ces pages (de 1 à 12) en suivant l'ordre mathématique imposé, cette petite contrainte permettant d'offrir au visiteur une excellente vue d'ensemble sur la diversité morphologique des galles, véritables "curiosités de la Nature".
 
- Vous noterez enfin que ces pages ont été réalisées au fur et à mesure des "récoltes", d'où la nécessité de regrouper (a posteriori ! ) les espèces relevant du même Genre (au sens zoologique du terme ! ). Il s'ensuit que la numérotation figurant sous les titres (par exemple "page 2 sur 12" pour la présente) est indépendante de celle des fichiers htm, et donc de celle affichée dans la barre d'adresse de votre navigateur.
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr