ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -  
 
 
Le GRAND APATURA ou GRAND MARS CHANGEANT (Apatura iris) !
(Lépidoptères Nymphalidae)
 
(page 2 sur 4)
  
- pour quitter les agrandissements, et les vidéos, faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
Intro
 
"Changeant", il l'est à coup sûr, et même fort joliment comme vous le verrez. Par contre l'origine de "Mars" apparaît bien incertaine, l'éventuelle relation avec l'un ou l'autre de ses homonymes restant à expliciter, qu'il s'agisse du Dieu de la guerre, de la "planète rouge", ou encore du 3e mois calendaire .... exclusion faite d'une certaine barre chocolatée, fut-elle censée donner des ailes ! Au passage, vous noterez le caractère éponyme de cette friandise, ses lointaines origines devant tout au talent d'un confiseur américain dénommé ... Franklin Clarence Mars (1882-1934) ! ... CQFD !
 
Présentation
 
Le Grand Mars fait partie des Rhopalocères (= papillons diurnes), et il relève plus précisément de la Famille Nymphalidés, laquelle regroupe la moitié des "papillons de jour" français, soit quelques 130 espèces. Comme son "petit frère" (Apatura ilia) il se caractérise par le miroitement de ses ailes, dont la coloration passe du noirâtre au bleu-violet intense, dès l'instant où l'angle d'incidence de la lumière se fait favorable. Apanage des mâles, ce phénomène résulte de la diffraction de la lumière, en relation avec la structure particulière des écailles. En pareil cas on parle de coloration "optique" ou encore "physique", par opposition à la coloration chimique, en l'occurrence pigmentaire, laquelle concerne les autres Nymphalidés français (la rubrique "info" ci-dessous vous en dira un peu plus).
 
Atteignant 7 à 8 cm d'envergure, le Grand Mars n'a qu'une génération annuelle, la période vol étant comprise entre la mi-juin et la mi-août. C'est plutôt un "nordique", avec une nette préférence pour les allées boisées et autres orées et clairières forestières. Comme vous le verrez, ce n'est pas un "butineur", du moins au sens habituel du terme, car il dédaigne les fleurs au profit d'aliments nettement moins classiques.

Les chenilles sont vertes, glabres, et se développent essentiellement sur les saules. Très constantes de forme et de coloration, elles sont curieusement dotées de "cornes" céphaliques semi-rigides, très semblables d'aspect aux tentacules oculaires des escargots. Ces cornes sont considérées comme purement "décoratives", mais j'avoue une certaine réserve vis à vis de ce genre de "gratuité", car Dame Nature a ses raisons ... que bien souvent la nôtre ignore !

 
Grand Mars (Apatura iris) couple etale. Grand Mars (Apatura iris) etale, vue ventrale. ................. Grand Mars (Apatura iris), revers des ailes. Grand Mars (Apatura iris) reflet partiel des ailes du mâle. Grand Mars (Apatura iris) , détail du reflet des ailes du mâle.
 Apatura iris ou "Grand Mars changeant"
à gauche: couple, et revers des ailes (commun aux 2 sexes). Vous noterez la plus grande taille de la femelle, ses plages blanches plus étendues, et surtout l'absence de reflets violacés, apanage du mâle (présentement ce reflet a été volontairement escamoté lors de la prise de vue). Après les "heures de vol" et plus d'un demi siècle passé en collection ( la mienne en l'occurrence ! ), ces Apatura sont évidemment très défraîchis, d'où un "rendu" très en-deçà de ce qu'il devrait être; à droite: mâle sur le vif : revers des ailes, puis mise en évidence du miroitement violacé, et enfin détail.
 
 il est dit "changeant" ... et pour cause ! 
Grand Mars (Apatura iris), mise en évidence du reflet, photo 1.. Grand Mars (Apatura iris), mise en évidence du reflet, photo 2.Grand Mars (Apatura iris), mise en évidence du reflet, photo 3..
Illustration de la variation du reflet selon l'incidence de la lumière.
à gauche: extinction des feux ! au centre: allumage ! à droite: "plein pot" !
 
 
... quand on aime ! 
Grand Mars (Apatura iris), mâle, photo 1. Grand Mars (Apatura iris), mâle, photo 2. Grand Mars (Apatura iris), mâle, photo 3. Grand Mars (Apatura iris), mâle, photo 4. Grand Mars (Apatura iris), mâle à terre
Familier des frondaisons l'Apatura trouve sa pitance sur les exudations des arbres ( plaies suintantes par exemple), ou encore sur le feuillage "miellé" par les pucerons. A l'occasion, comme d'autres papillons, il apprécie les saveurs rafraîchissantes d'un sol humide quand le soleil se fait généreux, mais ses "plats" préférés sont nettement moins ... classiques ! Comme les photos ci-dessous le montrent, ainsi que cette peu banale vidéo, ce papillon est un "fan" des crottins et autres excréments ( de la crotte de chien à l'étron humain ! ), mais prière de servir non croûté ... fraîcheur oblige ! Au menu s'ajoutent les charognes en tous genres, et en règle générale tout ce qui "offense grave" notre odorat. A titre d'exemple, Michel Coupat, qui fut mon maître "ès entomo" en son temps, m'a dit avoir capturé 22 Apatura ilia ( le "petit frère" d'iris ) d'un seul coup de filet, et cela sur un célèbre fromage alsacien ayant largement dépassé ... la cote d'alerte !
Grand Mars (Apatura iris), mâle sur crottin, photo 1 Grand Mars (Apatura iris), mâle sur crottin, photo 2. Grand Mars (Apatura iris), mâle sur crottin, photo 3. Grand Mars (Apatura iris), mâle sur crottin, photo 4. Grand Mars (Apatura iris), mâle sur crottin,  détail de la trompe.
 
 
Histoire de "cornes" !
escargot Grand Mars (Apatura iris), chenille. ................ Sphinx tête de mort (Acherontia atropos), chenille..Sphinx tête de mort (Acherontia atropos), tête de chenille
à gauche: la convergence morphologique entre les "cornes" de l'escargot et celles de la chenille d'Apatura est bien réelle ... mais trompeuse !
L'escargot a en effet des yeux à l'extrémité desdits tentacules oculaires, et la chenille d'Apatura n'en a pas ... ni là, ni ailleurs ! à droite: même si beaucoup de chenilles semblent avoir des yeux (comme celle de ce sphinx tête de mort) ... elles n'en ont pas ! Vous l'aurez compris, cette grande zone ovalaire noire n'est qu'une sorte de leurre ... y compris pour l'entomologiste en herbe ! Cela dit les chenilles disposent quand même d' "ocelles", sortes d'yeux rudimentaires, ici fléchés en rouge.  
 
Physique ou chimique ... pour info !

A propos de la coloration des papillons, vous noterez que les couleurs pigmentaires, et donc chimiques, "passent" à la lumière du jour, autrement dit pâlissent. Cette dégradation chromatique s'accentue fatalement au fil des ans, et finit par complètement dénaturer les plus beaux papillons, au point de les rendre totalement méconnaissables, tel l'Attacus ci-dessous. A contrario les colorations physiques supportent nettement mieux les expositions prolongées à la lumière. A titre d'exemple, j'ai un cadre où des "Morpho" (grands papillons bleus sud-américains) sont encore très présentables, alors qu'ils sont "à la montre" depuis plus de ... 40 ans !

 
cadre decoratif de papillons exotiques Attacus decolore Attacus atlas etale Attacus atlas en main. Atlas, ou Papillon cobra (Attacus atlas) mâle en main sur le vif.
Illustration du devenir des papillons exposés à la lumière du jour, selon l'origine de leur coloration (physique ou chimique).
de gauche à droite: 1)- ce cadre, "fait maison", date d'au moins 40 ans, et là où les "Morpho" ont quasi conservé leur éclat, le grand Attacus central est au contraire complètement décoloré; 2)- L'Attacus en question ... devenu "albinos" au fil des ans; 3)- coloration normale de l'Attacus atlas; 4)- le même "en main" afin de mieux rendre compte de la taille de cette espèce, dont l'envergure avoisine les 30 cm; 5)- ... et sur le vif ! (voir page entomo sur cette espèce).
 
Avant ... d'aller plus avant !

Je tiens à remercier Frédéric, excellent entomologiste et ami de longue date, car de son "exil" Comtois il n'a pas ménagé son temps pour me procurer la femelle d'Apatura iris ci-dessous présentée. Sans lui ( et sans elle ! ), cette page entomo n'existerait pas !

 
Grand Mars (Apatura iris), femelle en main. Grand Mars (Apatura iris) femelle sur crottin, photo 1. Grand Mars (Apatura iris) femelle sur crottin, photo 2. Grand Mars (Apatura iris), femelle sur melon. Grand Mars (Apatura iris), detail de la trompe, photo 1. Grand Mars (Apatura iris) detail de la trompe, photo 2.
Au terme d'un voyage de 48 h, où elle était littéralement coincée dans une "papillote" (immobilisation totale oblige), cette femelle de Grand Mars apprécie évidemment ma véranda, et plus encore la "table d'hôte", avec crottin frais et melon "invendable" à volonté ! A droite: vous remarquerez la robustesse de la trompe ... et son étonnante couleur !
 

 La ponte !

Les oeufs sont pondus isolément à la face supérieure des feuilles de l'arbre nourricier. Le plus souvent il s'agit de saules, le "marsault" (Salix caprea), et le "cendré" (Salix cinerea) étant préférés. Plus rarement les pontes peuvent s'observer sur les aulnes et peupliers. L'incubation est de l'ordre de 2 semaines.

 
Grand Mars (Apatura iris)  oeuf, avec allumette. Grand Mars (Apatura iris) oeuf frais pondu......................   Grand Mars (Apatura iris), oeuf embryonne. Grand Mars (Apatura iris), oeuf prêt a eclore.
à gauche: oeuf frais pondu; à droite: oeuf prêt à éclore (on devine la chenille par transparence).
Véranda aidant, guère plus d'une semaine aura suffit, mais en nature la norme est de l'ordre de 12 à 15 jours.
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr