ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES -VIDEOS - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
  LES TERMITES
Biologie ! morphologie ! prévention ! détection ! législation !
 
(page 3 sur 4)
 
- pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
La prévention !

Elle s'inspire évidemment de la biologie de l'insecte et elle résulte du cumul de gestes simples et d'un ensemble de précautions élémentaires et de bon sens.

 
1) - Éliminez toutes les sources d'humidité !
 
- Changez ou réparez les gouttières défectueuses, et en poser là où elles sont absentes.
 
- Supprimez toute fuite d'eau (même minime) à l'intérieur comme à l'extérieur de la maison.
 
- Vérifiez l'étanchéité des conduites extérieures d'eaux usées ou pluviales (raccords, regards).
 
- N'utilisez pas de matériaux poreux pour les terrasses et autres dallages extérieurs, ils absorbent et retiennent l'humidité (cas de certains grés), et la communiquent aux soubassements.
 
- Préférez des roches plus imperméables, ou des plaques gravillonnées sur béton, ou encore du carrelage non gélif.
 
- Colmatez les fissures des murs, notamment au niveau du scellement des poutres de la charpente, car l'eau pénètre par capillarité et humidifie le bois (une véritable aubaine pour les termites et les autres insectes xylophages, c'est à dire qui se nourrissent de bois).
 
- Evitez les puisards, puits perdus, tranchées filtrantes, si un raccordement aux égouts est possible.
 
- Evitez de récupérer les eaux pluviales pour l'arrosage. Les fûts fréquemment utilisés à cet effet débordent souvent le long des maisons, ou des dépendances, et tout apport d'humidité est évidemment bénéfique aux termites !
 
- Proscrivez le bassin à poissons rouges, car les termites y trouveraient vite leur compte.
 
- Evitez également les plantes grimpantes, surtout le lierre, la vigne vierge, et la glycine, car ces végétaux entretiennent l'humidité, et le termite y trouve une pénombre et une protection favorable à ses activités. 
 
2)- Éliminez tous les "garde-manger" et "supermarchés" pour termites !
 
- A la cave ou au grenier, n'accumulez pas de vieux meubles, livres, cartons, papiers, linge usagé, vieilles fripes.
 
- En extérieur isolez votre bois de chauffage du sol ( dalle bétonnée, parpaings), et protégez-le de la pluie.
 
- N'en stockez pas dans votre sous-sol ou votre garage.
 
- Si vous êtes à proximité d'un bois ou d' une forêt, ne récupérez pas de bois mort car il est très souvent "habité".
 
- Arrachez systématiquement les arbres morts ou dépérissants, et ne laissez jamais de souches en terre.
 
- Brûlez systématiquement et immédiatement les bois contaminés ou suspects.
 
- Ne les jetez pas à la décharge, ils pourraient générer de nouveaux foyers.
 
- Mastiquez les coupes d'élagage avec un mastic cicatrisant, car non traitées elles constituent des zones très attractives pour les termites (surtout sur les arbres "têtards").
 
- Inspectez soigneusement le tronc de vos arbres pour détecter la présence d'éventuels "cordons". Ce sont des tunnels d'aspect terreux, construits et empruntés par les termites car ces insectes ne se déplacent jamais à l'air libre. Ces cordons font de 5 à 6 mm de diamètre et ils sont fréquemment peu visibles car ils épousent étroitement les creux et les sinuosités de l'écorce. Attention car sous l'effet des intempéries, ils verdissent et se fondent encore mieux dans leur environnement.
 
  Classique !.................................... ........Hors normes !
"cordons" de termites sur fibro-ciment ...................??? Cordon de termite "stalactite", hors normes, photo 1. Cordon de termite "stalactite", hors normes, photo 2. 
à gauche: cordons arborescents classiques, sur plaque de "fibro"; à droite: trouvé dans une maison vétuste et inhabitée de longue date, ce cordon "stalactite" est tout à fait exceptionnel (et c'est encore peu dire ! ), à la fois par sa localisation, et par sa longueur. Comme ces photos le montrent, il pend en effet du plafond, et cela sur plus d'un mètre de longueur. Par-delà le peu banal savoir-faire de ces minuscules bâtisseurs, on peut s'interroger sur la finalité de ce cordon "menant nulle part", les liaisons plafonds / planchers se faisant logiquement en empruntant les murs périphériques, et plus encore le double cloisonnage quand il existe. Pour finir, je vous laisse imaginer le poids de ce cordon, et la qualité du "ciment salivaire", sachant que ces tunnels sont habituellement constitués d'un "agglomérat" fait de terre ou de sable, avec débris de bois et déjections.
Nota: Ces 2 photos ont été réalisées dans le cadre des états parasitaires prescrits par la Loi. Suite à un pb informatique je ne dispose plus des coordonnées de leur auteur, mais s'il "passe par là", je serai ravi de lui créditer ces très étonnantes photos .... et le cas échéant d'en savoir un peu plus sur la composition exacte de ce ...."stalactite" !
 
 - Supprimez les branches mortes de vos arbres, les termites peuvent y accéder de la même façon.
 
- Evitez les piquets de clôture en bois , même traités, car à terme ils seront vulnérables, et fatalement attaqués.
 
- Si vous jardinez et cultivez des tomates tuteurez avec des tiges de fer à béton (à titre indicatif j'ai vu les classiques piquets en bois ne pas "faire la saison"!).
 
- Evitez de conserver du terrain en friche, car une terre travaillée est censément moins favorable aux termites.
 
- Proscrivez les "cabanes de jardins" et autres constructions de "bric et de broc" à base de bois de récupération, car il peut être contaminé et de toute façon il est contaminable.
 
- N'utilisez pas de jardinières en bois.
 
- N'installez pas vos potées de fleurs sur des souches ou des morceaux de troncs coupés.
 
- Les termites peuvent attaquer les bulbes ou les tubercules de fleurs. En conséquence, si vous déterrez vos "patates" de dahlias à l'approche de l'hiver, saupoudrez les mottes avec un insecticide de jardin avant de les rentrer sous abri ( le cas échéant les termites pourraient bien préférer les boiseries environnantes ! ).
 
 3) - Exercez une surveillance méthodique et périodique !
 
- Faites le "tour du propriétaire" 2 ou 3 fois l'an et inspectez plus particulièrement les parties éventuellement enterrées de l'habitation (cave, sous-sol, cellier), surtout si le sol est en terre battue. Ces lieux sont des voies naturelles de pénétrations très prisées des termites: ils y trouvent l' obscurité, l'humidité, et la tranquillité qu'ils affectionnent. Examinez les raccordements d'eau (arrivée et évacuation) qui se font souvent à ce niveau : la traversée des murs ou des fondations ménage souvent des espaces largement suffisants pour le passage des termites qui ont tôt fait d'investir la place.
 
- Fort heureusement, comme précédemment indiqué, ces insectes fuient la lumière et ne se déplacent jamais à l'air libre. Dans ces conditions les termites ont recours aux fameux "cordons" précédemment décrits. Sur les murs traditionnels (intérieurs ou extérieurs) ils sont souvent bien visibles et forment des "arborescences" très typiques, plus ou moins ramifiées et verticales. Sur les murs en pierres redoublez d'attention car ils sont beaucoup moins visibles.
 
- D'autres points sensibles sont également à surveiller, ce sont les boiseries les plus proches du sol, car elles sont souvent attaquées les premières, via les doubles cloisons. Il s'agit des plinthes en bois et surtout des chambranles de portes et des montants de placards, à ras du sol. Là comme ailleurs, vous ne verrez rien, les termites n'attaquant jamais la surface du bois exposé à la lumière. Il vous faut utiliser la pointe d'un couteau, d'un petit tournevis, ou même l'ongle d'un doigt : quelques légères pressions suffisent, car si les termites sont là ils ne reste parfois que la couche de peinture !  
 
4)- La prévention c'est aussi une affaire de "bon sens" !
 
 Que vous soyez "bricoleur", ou que vous fassiez appel à un professionnel, tous les bois utilisés pour vos travaux (lambrissage par exemple) doivent être traités. N'oubliez pas que les traitements, y compris du gros oeuvre (charpente), ne sont pas éternels. En règle générale la garantie est de 10 ans, mais le mode de traitement et la nature des produits utilisés influent sur cette durée. N'oubliez pas non plus que d'autres insectes peuvent également s'intéresser à votre charpente ou à votre mobilier (capricorne des maisons, petites ou grosses vrillettes) et causer eux aussi de réels dégâts.
 
5)- un "truc"... tout bête !
 
Les termites ailés ressemblant beaucoup à ce qu'il est convenu d'appeler des "fourmis volantes", il est évidemment essentiel de savoir les différencier. C'est "tout bête", si je puis dire, encore faut-il savoir que les antennes des fourmis sont toujours nettement coudées, et que celles des termites sont rectilignes (ci-dessous). La différence est visible à l'oeil nu, et encore plus apparente si on pose l'insecte "douteux" sur une feuille de papier blanc.
 
........... comparaison entre termite ailé, et fourmi ailée. Comparaison des antennes  entre termite ailé, et fourmi ailée.
à gauche: pour le non initié les risques de confusion sont évidents, et d'autant plus excusables que la petitesse de ces insectes ne facilite pas les choses.
à droite: illustration du "détail qui tue" ! Les antennes des fourmis sont coudées, celles des termites sont rectilignes ! .... CQFD !
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr