logo "insectes.net"les barbillons du "chibani" - les truites d'Ifrane - les brochets des "Dayets" - la pêche "miraculeuse" - une pêche... "historique" -
 
 
 
 la pêche "miraculeuse" !
 
Un quart de siècle s'est depuis écoulé, mais pour moi c'était hier, tant cette journée est restée mémorable...
 
Cette année-là, nous passions des vacances Andorranes, et loin des habituelles cohues estivales, nous campions au-dessus du charmant village d'Ordino
 
Le terrain tenait du mouchoir de poche, avec des aménagements réduits à leur plus simple expression, mais il était fort bien placé pour des "amoureux de la Nature", et pour nous c'était donc pain béni.
 
Une semaine après notre arrivée, un caravanier est venu s'installer à proximité. C'était un pêcheur, et apparemment un bon, car très vite le fumet de grillades de truites est venu titiller nos narines, et raviver le temps où j'étais moi-même pêcheur....et consommateur !
 
Un jour, le voyant aux prises avec des sauterelles peu désireuses de s'en laisser conter, je suis tout naturellement venu à son secours. Au grand dam des bestioles, mon filet à papillons s'est alors avéré nettement plus efficace que sa casquette...fut-elle de marque !
 
En guise de remerciements j'ai hérité d'une paire de truites "prêtes à cuire", et de la possibilité, si le cœur m'en disait, de partager une partie de pêche quand il me plairait.
 
À l'époque, et bien que mes activités entomologiques soient devenues très largement prépondérantes, je continuais de trimballer mon marteau de géologue, et mon vieux "lancer léger", pour le cas où une opportunité minéralogique ou halieutique se présenterait !
 
....c'est ainsi que je me suis retrouvé à taquiner la truite, sur les rives joliment boisées du superbe lac d'Engolaster !
 
Sans être au coude à coude, les pêcheurs étaient nombreux, mais les prises quasi nulles cet après-midi-là, d'où un paradoxe encore plus flagrant, et un plaisir pour nous quasi jouissif....et bien loin d'être dissimulé !
 
De fait nous étions les seuls à sortir des truites, et comme l'illustration en témoigne, elles se succédaient à un rythme pour nous-mêmes étonnant, à telle enseigne qu'il confinait quasiment le génocide !
 
Pour tout dire nous pêchions au "buldo", avec une "bannière" de 50 cm lestée d'un plomb en son milieu, et bien sûr avec les fameuses sauterelles, froidement empalées vives pour appât.
 
Bien entendu les autres pêcheurs ignoraient la chose, et leur déconvenue était très certainement à la mesure de notre insolente, et pour eux bien incompréhensible réussite.
 
Tout ayant une fin, les sauterelles vinrent à manquer, et le pot aux roses s'est alors découvert. De fait, le manège (et les cris !) de 3 gamins essayant d'attraper des sauterelles à mains nues n'est pas passé inaperçu, et il y a eu des émules !
 
Il s'en est suivi quelques prises pour nos malheureux concurrents, mais tout juste de quoi éviter la bredouille. Les sauterelles étaient en effet loin d'abonder en ces lieux trop peu découverts, et surtout les truites ne "montaient" plus ou presque, à croire qu'elles s'étaient données le mot !
 
Le phénomène est certes classique, mais toujours déroutant, et en pareil cas rien n'y peut changer, pas même le plus appétissant des insectes.
 
Au final, je dirais que cette pêche miraculeuse (39 pièces !) est pour moi restée unique. Je dirais aussi qu'elle a fait plus d'un heureux au camping, et que ce soir-là il était vain de vouloir humer les délicates senteurs de la montagne andorrane, tant les barbecues allaient bon train !
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr