logo "insectes.net"la valise du "pitou" - le "sac à puces" - l' homme des bois - les "pique assiettes - l'aile ou la cuisse - la p'tite leçon d' "ostéo" - la couette - l'écureuil volant - le camion de bonne terre - la dinde de Noël -  
 
           
l'écureuil volant !
 
C'était il y a bien longtemps ...et même très très longtemps !
 
A l' époque il m'arrivait de naturaliser des petits animaux, le plus souvent pour la famille, le voisinage, ou encore les amis.
 
C'était pur plaisir, mais par principe je n'acceptais que les animaux accidentés, et donc non "chassés", c'est à dire tués volontairement.
 
Une fois "empaillées", les bestioles se retrouvaient accrochées à un mur, ou posées sur un meuble, entre photos de famille et bibelots souvenirs. Elles y entamaient alors une seconde vie, cette fois purement factice et décorative.
 
Présentement il s'agissait d'un écureuil, au demeurant joliment campé sur sa branche, et pour une fois la bestiole devait transiter par les "PTT". Bien entendu j'avais tout particulièrement soigné l'emballage, et sur le colis proprement dit j'avais même écrit la mention "TRÈS FRAGILE" en lettres capitales rouges.
 
Bardée de bijoux, et engoncée dans un corsage à froufrous, la préposée était une sorte de rombière à la mamelle généreuse, pour ne pas dire débordante. Manifestement imbue de l'autorité conférée par l'âge, et plus encore par l'ancienneté des services, elle était tapie derrière son guichet, comme l'aragne l'est dans sa toile.
 
Abrégeant mes explications d'un revers de main, elle s'est emparée de mon colis, et tout en m'assénant un péremptoire "c'est interdit", elle a sitôt entrepris de rageusement biffer mon "TRÈS FRAGILE", au point d'en déchirer le papier. Au terme de son gribouillage, et jouxtant ce dernier, un large paraphe est venu sceller son autorité, et témoigner du devoir accompli.
 
A ma grande stupeur, et tout en me défiant du regard, elle a alors froidement balancé mon paquet par dessus son épaule, la force de l'habitude garantissant manifestement la sûreté et la précision du jet. Devenu d'un coup volant, l'écureuil est de fait arrivé pile poil dans le panier prévu à cet effet, et cela à un bon mètre derrière l'irascible postière.
 
Bien entendu j'étais en droit de protester, mais j'étais aussi trop jeune et trop interloqué pour le faire, d'autant que je sentais poindre le cinglant d'une riposte très certainement aussi rodée que son lancer de colis postaux.
 
Que dire de plus, sinon que la bestiole est finalement arrivée à bon port, et que cette basketteuse d'un nouveau genre est à coup sûr restée dans les annales locales, sans qu'il se trouve le moindre usager ou collègue pour la regretter ... du moins je l'espère !
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr