ACCUEIL - COLEOPTERES - LEPIDOPTERES - AUTRES - C-KOI ? - HISTORIETTES - NEWS - LIENS - WANTED ! - MAILS d'OR -
 
 
le VERSICOLORE ou BOMBYX VERSICOLORE (Endromis versicolora) !
(Lépidoptère Endromidae)
 
(page 2 sur 3)  
 
 
 - pour quitter les agrandissements faire "page précédente" dans votre navigateur -
 
 
Intro !
 
Si tous les papillons diurnes volent effectivement de jour, et uniquement de jour, il en va très différemment des papillons nocturnes. Certes, la majorité de ces derniers vole bien de nuit, et seulement de nuit, mais certaines espèces font en quelque sorte des "heures sup" .... en volant également de jour !
 
Comme Dame Nature ne fait jamais les choses à moitié, ces "heures sup" peuvent concerner les 2 sexes, ou seulement le mâle, ce dernier pouvant alors voler de jour comme de nuit ... ou ne voler que de jour, le comble pour un papillon de nuit !
 
Comme cette intro le laisse supposer, notre Bombyx fait évidemment partie de ces exceptions .... mais comme vous le verrez, ce n'est pas sa seule originalité !
 
 
Présentation
 
Ce papillon nocturne, joliment bigarré, et à nul autre pareil, est le seul représentant français de la Famille des Endromidae. Comme de nombreuses espèces d'insectes, il n'a pas attendu Bruxelles pour s'approprier l'Europe, au point d' y atteindre la Laponie, la Sibérie, le Caucase ... et même mon jardin ! ... excusez du peu !
 
De taille relativement avantageuse ( jusqu'à 60 mm d'envergure pour les mâles, et 75 pour les femelles), ce Bombyx est largement répandu en France, avec un bémol pour le midi où il est confiné aux zones montagneuses. J'ajouterais que ce papillon est toujours très discret, et souvent assez localisé, ce qui n'est pas incompatible avec des populations fournies là où il se complait.
 
En dépit d'une très vaste répartition, et d'une dénomination particulièrement évocatrice et a priori prometteuse, ce Bombyx s'avère finalement peu variable au niveau de la coloration, du moins en dehors de son très net dimorphisme sexuel. Assez classiquement les populations nordiques sont globalement plus foncées, avec tendance au rembrunissement, et les méridionales sont à l'inverse plus claires et plus "chaudes", les bruns passant fréquemment aux ocres. A cela s'ajoute les variations individuelles, au demeurant de même nature, d'où les appellations de "pallida" pour les formes claires, et d' "obscura" pour les foncées.
 
Endromis versicolora .... ..... trouvé en mon jardin !
 
Comme de nombreux papillons de nuit, le Versicolore ne s'alimente pas, d'où une durée de vie réduite en regard des espèces butineuses. La Nature l'ayant toutefois doté des réserves voulues, il peut se consacrer à sa descendance sans se soucier de l'intendance .... ce qu'il ne manque pas de faire !
 
La chenille peut s'accommoder de divers feuillus (Aulne, Saule, Noisetier, Tilleul, par exemple), mais elle se développe essentiellement sur le Bouleau. Ce preferendum alimentaire, associé à celui du bouleau pour les frimas, expliquent évidemment la large répartition septentrionale de l'Endromis versicolora. A contrario, cela explique aussi son confinement aux zones montagneuses dans la partie la plus méridionale de son aire, et le fait qu'il ne "descende" pas au-delà des Pyrénées espagnoles.
 
Le Versicolore n'a qu'une génération annuelle, et il apparaît dès Mars-Avril, c'est-à-dire très tôt en saison. Mâles et femelles sont actifs de nuit, mais ces messieurs volent aussi de jour, de préférence en plein soleil, et à une vitesse digne d'un TGV .... toutes proportions gardées s'entend !
 
 
Le dimorphisme sexuel
 
Le dimorphisme du Bombyx versicolore est particulièrement marqué et apparent, car il concerne la taille et la coloration, les femelles étant toujours plus grandes et plus claires. A cela s'ajoutent des critères plus discrets, mais non moins fiables, comme la morphologie antennaire et abdominale ... encore que le mâle d'Endromis soit assez bedonnant ! 
 
La recherche du partenaire, et l'accouplement, se passent habituellement de jour, mais je ne pense pas que les mâles volent de nuit pour le seul plaisir de voler ou de se dégourdir les ailes !  Quoi qu'il en soit, la femelle réceptive, autrement dit nouvellement éclose et donc vierge, se tient immobile sur un tronc, une branche, une branchette, en émettant de très attractives phéromones sexuelles.
 
Portées par le vent, les prometteuses effluves sont captées par les antennes des mâles en maraude, et cet odorant fil d'Ariane les conduit jusqu'à la "demoiselle" ... le premier arrivé faisant promptement en sorte qu'elle ne le soit plus !
 
 
couple de Bombyx versicolore (étalés) Dimorphisme antennaire du Bombyx versicolore
à gauche: couple d' Endromis versicolora (mâle en bas); à droite: dimorphisme antennaire (mâle en bas)
 
 
abdomen du mâle de Versicolore valves génitales abdomen du mâle de Versicolore abdomen de la femelle de versicolore
à gauche: abdomen du mâle ( bien rondelet ! ) ; à droite: abdomen de la femelle (avant ponte)
au centre: mise en évidence des valves génitales du mâle. Remarquez leur puissance, leur forme en crochet .... et imaginez la suite !
 
 
les mâles !
 
Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 1) Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 2) Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 3) Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 4) Endromis versicolora mâle, détail  de l'avant corps Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 6)
 
 
Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 4)  Endromis versicolora, mâle sur le vif (photo 5) Endromis versicolora, en main (photo 1) Endromis versicolora, en main (photo 2) Endromis versicolora, en main (photo 3)
 
 
les femelles !
 
elles étaient attendues ....Endromis versicolora, femelle sur le vif (photo 1) Endromis versicolora, femelle sur le vif (en main) .... les voici arrivées !
Plus grandes et plus claires, telles sont les femelles d'Endromis versicolora .... autrement appelé "Bombyx versicolore" !
 
 
 
L'accouplement  
 
travaux .... accouplement d'Endromis versicolora (photo 1) accouplement d'Endromis versicolora (photo 2) .....pratiques!
no comment !
( encore que celui de droite pourrait se qualifier d' accouplement "en coup de vent" ! )
 
La ponte
 
L'éclosion de ces papillons intervenant avant le débourrage printanier des bourgeons, les femelles n'ont d'autre choix que celui de pondre sur les branchettes de l'arbre nourricier. Les oeufs sont jaunes, légèrement allongés, et ils sont déposés côte à côte, transversalement au support, et le plus souvent sous la forme de 2 petites séries typiquement parallèles.
 
Compte tenu de la taille des femelles, et de la relative grosseur des oeufs, la ponte moyenne du Bombyx versicolore ne va guère au-delà des 200 unités. A titre d'exemple un comptage perso, sur ponte non fécondée, m'a donné un total de 193 oeufs.
 
 
oeufs d'Endromis versicolore, frais pondus (photo 1) oeufs d'Endromis versicolore, frais pondus (photo 2) ponte d'Endromis versicolore (photo 2)
exemples de pontes fraîches d'Endromis versicolora, et détail des oeufs
.
 
ooeufs d'Endromis versicolora, phase "café a lait" (photo 1) oeufs d'Endromis versicolora, phase "café au lait" (photo 2)
Dans les 48h, les oeufs fécondés ( et donc "bons" ! ), passent au "café au lait" .... avec beaucoup de lait !
 
oeufs d'Endromis versicolora, phase "chocolat" (photo 1) oeufs d'Endromis versicolora, phase "chocolat" (photo 2)
.... puis le brunissement s'accentue progressivement, pour atteindre le "chocolat" .... sans lait !
 
oeufs d'Endromis versicolora, phase "gris acier" (photo 1) oeufs d'Endromis versicolora, phase "gris acier" (photo 2)
... et enfin le passage au gris acier intervient 48h avant les éclosions !
(à ce stade les oeufs tendent préquemment à plus ou moins se déformer, comme ci-dessus)
  
 
ponte typique ( éclose ! ) ....Endromis versicolora, oeufs éclos ....en deux rangées parallèles
Très fréquemment le "chorion" (= enveloppe de l'oeuf) sert de premier repas à la chenillette naissante.
.... mais ce n'est pas le cas chez le Bombyx versicolore !
 
 
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr